Hulu.com fait ses premiers pas. YouTube et iTunes peuvent trembler

Régulations

La plate-forme de VOD lancée par NBC, Universal et la Fox pourrait faire très mal avec ses séries et ses films gratuits

Disponible depuis quatre mois sur invitation, Hulu.com ouvre officiellement ses portes ce mercredi aux Etats-Unis (et seulement pour les internautes de ce pays). Cette plate-forme gratuite de VOD (vidéo à la demande) est soutenue par trois géants du divertissement américain : NBC, Universal et la Fox.

Consternés par le piratage de leurs contenus sur le P2P et sur YouTube, et agacés par la concurrence de iTunes Video d’Apple qui est le premier à profiter de la VOD aux Etats-Unis, les trois partenaires ont décidé de s’unir pour concevoir ce nouveau service qui ne manque pas d’atouts. Car pour une fois, les Majors du divertissement semblent s’être mises dans le sens du vent.

Hulu.com proposera d’abord des contenus très forts et haut de gamme comme les séries 24 ou Heroes, mais aussi des films récents. Ils seront disponibles immédiatement après leurs diffusions en streaming. Mais le point essentiel est la gratuité. Tous les contenus seront visionnables (pas téléchargeables) gratuitement, le site étant financé à 100% par la publicité. Ces pubs pourront être diffusées au milieu du programme (comme à la TV) ou à travers des bandeaux transparents pendant la diffusion.

70% des revenus générés seront reversés aux éditeurs, 10% aux sites partenaires (les vidéos seront aussi diffusées sur AOL, MSN, MySpace, Comcast et Yahoo) et entre 20 et 30% à Hulu.

Les initiateurs de Hulu.com ont les moyens de leurs ambitions. La plate-forme a déjà reçu un financement de 100 millions de dollars du fonds spécialisé Providence Equity Partners.

Avec ce modèle, Hulu se pose en alternative viable au P2P ou à YouTube. Rappelons que NBC et News.Corp produisent chaque année des centaines de séries, d’émission et de films, par conséquent, ils figurent parmi les plus grandes victimes du piratage massif qui a lieu sur le Web.

Hulu permettra surtout à NBC Universal et la Fox de tirer parti seuls de l’essor de la VOD aux Etats-Unis. Selon Comscore, 75% des internautes américains regardent des vidéos en ligne et une étude publiée récemment par Big Blue a montré que 66% des personnes interrogées regardent la télé entre trois et quatre heures par jour, tandis que 60% affirment qu’ils restent devant leur ordinateur connecté au Web pendant une durée similaire.

L’arrivée de Hulu.com pourrait néanmoins faire une victime : iTunes Vidéo d’Apple. Rappelons que jusqu’à aujourd’hui, la firme à la pomme était l’intermédiaire quasi incontournable dans la distribution en ligne de contenus grâce à la domination d’iTunes.

Mais les grands réseaux US veulent désormais prendre leur destin en main. Ainsi, en septembre dernier, NBC Universal mettait fin à son contrat avec Apple. Le groupe était le premier fournisseur d’iTunes (30% des contenus). En étant privé de contenus aussi populaires que Heroes ou les Simpsons, la plate-forme d’Apple pourrait bien connaître d’importantes difficultés, au profit du tube jaune…

Pour autant, rien ne dit encore que Hulu.com va imposer son modèle. Car il possède encore quelques défauts face au peer-to-peer par exemple. Les contenus ne seront disponibles que cinq semaines après leurs diffusions, et ne seront pas stockables. Par ailleurs, l’offre devra être étoffée avec l’arrivée des contenus d’autres grands réseaux ou Majors pour devenir une véritable alternative.

Enfin, Hulu.com devra composer avec la concurrence du très attendu Joost, la plate-forme de VOD créée par les fondateurs de Skype et de Kazaa. Ce service, basé sur le P2P, dispose également d’un catalogue de contenus forts et de services innovants.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur