IBM est en tête du dernier Top 500 des Superordinateurs

Régulations

La bataille pour la première place du podium du célèbre Top 500 fait rage. IBM accroît sa domination sur le marché des Superordinateurs. Le groupe dispose de prés de la moitié des ordinateurs du classement tandis que la part de Hewlett-Packard s’effrite lentement

Le groupe japonais Nec qui avait pris le leadership du classement en 2002 avec son ?Earth Simulator’ (lire nos articles) s’est fait dépasser par IBM. Dorénavant la bête de course de NEC se classe quatrième derrière un ordinateur de SGI (Silicon Graphics Inc).

L’ordinateur le plus puissant du monde est donc signé IBM et se nomme le Blue Gene/L un véritable bijoux de technologie qui est capable de calculer 136.8 trillion de calculs par seconde. Il se trouve en Californie dans les laboratoires Lawrence Livermore. Il a été conçu pour conduire des tests de simulation de la bombe H. HP est tombé à 26 % soit près de 131 des plus puissants ordinateurs au monde. En comparaison il y a seulement six mois, le groupe en détenait 170 soit 34 %. Du côté d’IBM, l’on présente un bilan nettement meilleur avec 259 machines soit 51,8 % du Top 500, une progression de 43 % par rapport au dernier rapport semi-annuel. Stacey Quandt, une analyste industrielle californienne a déclaré à un journaliste de Reuters : “IBM est sur le point de concrétiser une domination similaire à celle que le groupe avait il y a quarante ans dans les mainframes (ordinateur central)” Pour la première fois depuis que ce classement existe (1993) tous les ordinateurs du classement peuvent gérer un teraflop, soit un trillion de calculs par seconde. Autant dire que les ordinateurs du classement de 1997 ne rentreraient pas dans l’actuel TOP 500. “La puissance de feu” des ordinateurs a progressé très rapidement. La preuve, 201 des ordinateurs du précédent classement sont sortis des rangs pour retourner à la case anonymat. IBM occupe les deux premières places du classement et dénombre six ordinateurs dans le Top Ten. De son côté, DELL dispose de 21 “supercomputers” et Cray Inc de 16. Si l’on juge en terme de composants, alors la médaille revient sans conteste à Intel. 333 des 500 Superordinateurs utilisent du hardware signé Intel Corp. Les processeurs d’IBM sont présents sur 77 machines, tandis que les chips de HP 36 et Advanced Micro Device (AMD) 25. Pour conclure, l’enquête réalisée par une équipe composée de chercheurs allemands et américains met en exergue la progression de la Chine. L’empire du Milieu est rentré dans le classement il y a trois ans. Mais, il compte déjà 19 Superordinateurs parmi les 500, juste derrière le Japon avec 23 machines. Un signe de la bonne santé de l’économie chinoise et de l’intérêt que porte le pays à la technologie.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur