IBM pousse DB2 sur toutes les plates-formes

Régulations

Big Blue ne veut pas laisser sa part de marché grignotée par Microsoft (SQL Server) et Oracle…

Le lancement de DB2 Express pour Linux et Windows est passé un peu inaperçu. La base de clients Informix a des états d’âme, semble-t-il, et se demande pourquoi IBM l’a racheté si ce n’est pas augmenter ses statistiques auprès du Gartner group ou IDC… Entre-temps, SQL Server de Microsoft se consolide et Oracle, avec son e-Business Suite, a déjà conquis de nombreuses PME/PMI. Big Blue ne veut pas se faire tailler de croupières… Aussi, IBM insiste aujourdhui sur

l’intégration de l’information. Explication de texte: « C’est permettre aux applications de l’entreprise d’accéder à l’ensemble des données distribuées, comme si elles venaient d’une seule et même source. Cela implique l’accès en lecture/écriture en temps réel, la transformation des données en information analytique et échangeable, et, enfin, la gestion du placement des données pour optimiser les performances de requête.» Vers l’intelligence des data En d’autres termes, l’enjeu est de «passer de la donnée brute à la gestion de l’information intelligente» C’est dans cette stratégie, qu’IBM avait annoncé, en février dernier, DB2 Information Integrator: une architecture de portail à trois niveaux : 1-la présentation 2-l’intégration d’applications (sécurité, services?) 3-l’intégration des informations. Pour Big Blue, l’un des arguments forts de DB2 est son indépendance vis à vis des plates-formes systèmes d’une part, et des applications d’autre part. Les fonctions de «business intelligence» sont intégrées («intelligence mining -scoring, clustering» sont des fonctions de base). IBM, à la demande des clients, s’efforce de dissocier les fonctions de bases, des fonctions optionnelles : «Nous intégrons, dans le moteur, des fonctions complémentaires, comme “Content manager” et “Cube views”» Cube Views (ex Aurora) a été lancé début juin: il automatise la création de métadonnées selon le modèle OLAP (Online analytical processing) ; des algorithmes définissent, décrivent et indexent les data pour pouvoir les examiner selon différents «points de vue» (enregistrement dans des tableaux en 4 dimensions, d’où le ?cube’). A noter qu’à terme, DB2 sera également le ?substrat SGBD’ de Lotus. DB2 Express : le petit dernier sous Linux et Windows DB2 Express n’est pas une version dégradée -insiste IBM: elle repose à 90% voire à 95% sur du code source de DB2. Elle comporte pas moins de 65 outils d’automatisation, permettant, par exemple, de surveiller la bonne marche des systèmes, de fournir un avis «d’expert». DB2 Express pour LInux et Windows supporte XML, les services Web, Java et .Net de Microsoft. Cette offre Express, lancée à l’automne 2002, compte plus de 250 applications. Ses points forts sont notamment la fonction de réplication; sa capacité à exécuter des fonctions SQL avec un temps de réponse record. Un des raisons serait que la fonction «distributed query» s’exécute ‘au dessus’ du moteur, donc au c?ur de DB2, ce qui garantit ces bons temps de réponse. Autre explication des bonnes performances: DB2 fait du ‘SQL rewrite’: les requêtes sont re-traduites. Les évolutions récentes? Elles ont porté sur la capacité de partitionnement des disques (= répartir des data sur plusieurs disques). Mais l’un des arguments massue d’IBM reste le prix: pour 50 utilisateurs, la licence est de 5.449 dollars; c’est 30% moins cher que SQL Server de Microsoft (7.967 dollars). Qu’est devenu Informix?

«

Après 8 à 9 mois, suite au rachat d’Informix [pour un milliard de dollars], nous avons vu nos erreurs: nous n’avions pas assez communiqué avec nos clients», explique Marcel Van Hulle, vice-président DB2 EMEA. «Nous n’avons pas dit assez clairement que le rachat d’Informix s’inscrivait dans un plan de développement à 6 ans? Jamais il n’a été question de faire migrer les clients Informix vers DB2 ou IMS…» Les clients Informix sont au nombre de 100.000, environ, relayés par 16.000 intégrateurs ou VARs. C’est loin d’être négligeable, puisqu’IBM compte 425.000 sociétés utilisatrices de DB2 dans le monde, représentant environ 60 millions de postes clients DB2? Et Informix, au sein d’IBM, c’est encore 2.5000 personnes! «Les développements autour d’Informix suivent la même logique que ceux autour de Lotus, ou de Tivoli ou de WebSphere: nous travaillons dans une logique de partage des composants.» Entre DB2 et Informix, il y a eu refonte des équipes de développeurs avec des synergies entre les deux. Bref, pour ceux qui en doutaient, la ligne Informix est conservée dans son intégralité, au même titre que IMS et DB2.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur