Iliad : la Freebox Revolution fait le plein

Cloud

Le succès de la Freebox Revolution permet à Iliad de revendiquer 32 % des recrutements haut débit sur le premier trimestre. Free franchit allègrement les 4 millions d’abonnés.

Le patron d’Iliad, Xavier Niel, a visiblement gagné son pari. Lancée en début d’année, la Freebox Revolution a rencontré son public. Selon Iliad, 154.000 nouveaux abonnés ont souscrit à l’offre Free globale (Freebox Revolution et V5) au cours du premier trimestre, selon les résultats rendus publics ce mercredi 4 mai. « Le meilleur trimestre depuis 4 ans », annonce le communiqué. A comparer avec les 191.000 acquisitions de la filiale Internet d’Iliad sur l’année 2010. Le chiffre d’affaires frôle les 510 millions d’euros. Soit une petite progression annuelle de 1,1 %.

Mais les recrutements du groupe restent plombés par les désaffections d’Alice (l’autre marque Internet d’Iliad) dont une bonne partie bascule chez Free : 22.000 en l’occurrence sur ce premier trimestre 2011. Une information que l’entreprise consent enfin à dévoiler. Mais au final, le recrutement de nouveaux abonnés au niveau du groupe se limite à 127.000 pour un total de 4,66 millions de clients haut débit (ADSL essentiellement). Dont 4,145 chez Free (qui franchit désormais la barre des 4 millions) tandis qu’Alice glisse vers le demi million à 516.000 abonnés (contre 565.000 au 4e trimestre 2010 et plus de 800.000 lors de l’acquisition du FAI à Telecom Italia France en 2008).

Néanmoins, la recrudescence de ses nouveaux abonnés permet à Iliad de revendiquer 32 % des 403.000 nouveaux recrutements estimés sur le marché français. Une part qui s’élève à 38 % pour la seule activité de Free. Autre bon point, le taux d’abonnés dégroupés franchit la barre des 90 % (90,20 % précisément, soit 1 point de mieux qu’au précédent trimestre). Une performance soulignant l’attrait de la Freebox Revolution qui se distingue des box concurrentes notamment par son lecteur Bluray, son disque dur NAS (network attached storage) de 250 Go et l’inauguration de la gratuité forfaitaire des appels vers les mobiles.

Succès mérité, donc, malgré la hausse tarifaire induite à près de 38 euros (loin des 29,99 euros historiques du forfait triple play) mais qui pourrait se voir affaibli par les délais de livraison à rallonge de la Freebox Revolution. Dernier cas en date, les quatre mois d’attente d’un abonnés lyonnais qui s’est tourné vers la Justice pour obtenir la précieuse box (lire l’actualité de ITespresso.fr). Un problème que Free reconnaît dans le cas des abonnés désirant échanger leur Freebox V4 ou V5 et promet de résorber « d’ici le début de l’été ». Une nouvelle promesse…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur