Internet et voix mobiles illimités: Bouygues Telecom lâche la bombe Ideo 24/24

Réseaux

Après avoir initié le quadruple play en France, Bouygues Telecom renouvelle l’exploit en y ajoutant la téléphonie mobile illimitée. Pour moins de 100 euros.

« C’est une petite bombe que Bouygues Telecom s’apprête à lâcher sur le marché », se félicite Frédéric Ruciak, directeur général adjoint et responsable marketing de l’opérateur. A peine un an après avoir introduit le quadruple play (ADSL, télévision, téléphonie fixe et mobile) sur le marché français (voire européen), Bouygues Telecom enrichit son offre Ideo. Un forfait ambitieux puisque Ideo 24/24 ne propose rien de moins que les appels mobiles illimités nationaux sans restriction de période ou d’utilisation. Si la voix illimitée n’est pas tout à fait une première sur le marché, quelques MVNO en ayant fait l’expérience, l’annonce de l’opérateur est en revanche la première (à notre connaissance) à combiner l’illimité sur l’Internet* et la voix en mobilité.

Lancé à partir du 24 mai, Ideo 24/24 a évidemment un prix : 99,80 euros par mois. Une offre qui combine le forfait ADSL Bbox à 29,90 euros et le service mobile Neo 24/24 à 69,90 euros. Ce dernier étant intrinsèquement lié au forfait Ideo idoine. Une centaine d’euros par mois n’en reste pas moins un budget important, même pour les boulimiques des communications et des échanges en ligne, surtout dans le cadre d’usages non professionnels. Mais « je peux vous assurer que les‘digital natives’dépensent bien plus », estime Frédéric Ruciak. Preuve à l’appui, Ideo 24/24 serait 25 euros moins cher que la meilleure des combinaisons d’offres plus ou moins équivalentes (sans la voix mobile illimitée) du côté de la concurrence. Selon le responsable, « l’offre est rendue possible par les prix des terminaisons d’appel. » Terminaisons régulièrement revues à la baisse depuis 2006.

428 000 Bbox en circulation

Certes, l’illimité voix et Internet en mobilité pour moins de 100 euros par mois sont à première vue attractifs. Il n’en reste pas moins que, pour des raisons stratégiques, Bouygues Telecom refuse d’indiquer la part de ses abonnés, ou même celle des utilisateurs du marché, qui dépasse aujourd’hui cette barre symbolique des 100 euros mensuel et, donc, susceptibles de se tourner vers l’offre. Mais cette part serait suffisamment importante, aux yeux de Bouygues Telecom, pour justifier la validité commerciale de l’offre. Et profiter d’une nouvelle opportunité pour débaucher les abonnés des concurrents.

Les opérateurs ont bien compris que, face à la saturation du marché de l’ADSL, la bataille se joue désormais sur la qualité des services et de l’accueil d’utilisateurs d’autant plus méfiants qu’ils auront probablement été déçus par une précédente expérience. En la matière, Bouygues Telecom décide de leur dérouler le tapis rouge : interruption de la ligne téléphonique inférieure à 24 heures (auquel cas l’opérateur s’engage à dédommager le client), prise en charge des frais de résiliation jusqu’à 90 euros, installation simplifiée de la Bbox avec intervention à domicile gratuite si nécessaire… Bouygues Telecom n’a en effet pas le choix que de se montrer agressif. Parti tardivement sur le marché de l’ADSL, il cumule 428 000 abonnés Bbox au 31 mars 2010. Très loin derrière les 4,6 millions d’abonnés chez SFR et Free face au mastodonte Orange.

La voix sur IP mobile en voie de réflexion

Dans ce cadre, le directeur général Olivier Roussat fait remarquer l’inégalité de traitement du marché du fixe face à celui du mobile. Inégalité qui « freinela fluidité » des abonnés ADSL (du moins pour ceux qui ont la possibilité de changer d’opérateur téléphonique, nombre de zones géographiques restant la chasse gardée d’Orange/France Télécom). « Il faudrait une ‘Chatel fixe’ », propose Olivier Roussat en référence à la loi Chatel qui permet notamment le changement d’opérateur mobile en moins de 10 jours.

L’offre de voix mobile illimitée peut également être interprétée comme une réponse anticipée à l’arrivée de Free Mobile sur le marché (prévue en 2012), voire sur le développement de la VoIP mobile en France. Olivier Roussat s’en défend: « La VoIP sur mobile n’est pas encore un service simple et facile pour passer un coup de fil. Nous ne l’avons pas prise en compte dans notre offre Ideo 24/24 mais nous menons une réflexion plus large pour l’intégrer à notre catalogue avant la fin de l’année. »

Bouygues Telecom profite par ailleurs de son « lâché de bombe » pour améliorer son service Bbox. Le décodeur vidéo va bénéficier d’une nouvelle interface de contrôle, plus ergonomique pour naviguer entre les programmes de télévision et consulter ses informations de consommation. La mise à jour sera proposée automatiquement à l’utilisateur (qui n’aura pas besoin de débrancher-rebrancher plusieurs fois de suite sa box) à partir du 1er juin prochain et tout au long de l’été. De quoi retenir les éventuels clients attirés par les sirènes de la concurrence?

* A noter que l’Internet illimité en haut débit mobile (3G+) se limite à 500 Mo de données échangées, au-delà desquels, le débit est réduit à 128 Kbit/s.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur