Internet: les élèves sont plus accros que les étudiants

Régulations

Une étude Médiamétrie montre également que la présence d’enfants dans un foyer pousse les parents à se connecter

Les moins de 18 ans sont le moteur de l’informatique et de l’Internet en France. Ce sont les plus accrocs, les plus utilisateurs, les plus prescripteurs. Il faut dire qu’ils sont nés avec l’informatique et sont parfaitement à l’aise devant un ordinateur, qu’il s’agisse de travailler, surfer, jouer, chatter. Même à cinq ans.

Selon une étude de Médiamétrie pour la Délégation aux usages Internet (organisme interministériel) et le ministère de l’Education, 86% des élèves de 11 à 18 ans utilisent l’ordinateur en classe, 87% à la bibliothèque. Dans le détail, on s’aperçoit que 8% des élèves disent utiliser l’ordinateur tous les jours, 35% une à deux fois par semaine (le mercredi est le jour où le trafic est le plus important), 33% au moins une fois par mois, 22% moins souvent et 2% jamais. En dehors de l’école, 75% utilisent l’ordinateur pour du travail scolaire, 25% déclarant ne pas s’en servir. Surtout, on observe que les élèves sont plus utilisateurs que leurs grands frères étudiants. Un comble ! Selon l’étude, 69% des étudiants expliquent avoir recours à l’informatique dans le cadre de travaux universitaires. Dans 18% des cas, la fréquence d’utilisation est quotidienne ou presque. Mais ces chiffres devraient progresser, notamment grâce aux opérations ‘PC à 1 euro’ destinées aux étudiants et aux déploiements de hot-spots Wi-Fi gratuits dans les campus. En un an et demi, ils sont passés d’une quinzaine à 5.000. Médiamétrie souligne également le rôle de prescripteur des enfants. Un rôle bien connu dans les achats quotidiens, par exemple. La présence d’enfants de moins de 15 ans incite à s’équiper: 71% des foyers avec enfant sont équipés d’un micro-ordinateur, 52% de ces foyers disposant d’Internet. Enfin, on pouvait s’en douter, les parents sont à la traîne. 56% des parents d’enfants de 6 à 15 ans utilisent Internet. Conséquence, une bonne part de ces parents (33%) disent avoir besoin d’une initiation ou d’une formation complémentaire, et 67% estimant avoir les compétences nécessaires.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur