Interopérabilité Windows – Linux : un élément central des infrastructures mixtes ?

Logiciels

En décembre dernier, Microsoft et Novell ont participé à une conférence web afin de fêter les trois ans de leur partenariat. Ce dernier s’inscrit dans la stratégie de solutions mixtes, très en vogue aujourd’hui.

Ni Microsoft, ni les acteurs du monde open source ne nous contrediront sur ce point : il est aujourd’hui presque impensable de mettre en place une infrastructure IT qui n’emploierait aucun élément open source. Le monde des logiciels libres s’est ainsi ancré profondément au sein des offres professionnelles… en parallèle aux logiciels propriétaires.

Nous ne saurons jamais si Microsoft et Novell avaient compris l’importance stratégique de leur rapprochement lorsqu’ils avaient signé leur accord d’interopérabilité en 2006. Quoi qu’il en soit, les infrastructures mixtes – mêlant des éléments open source à des offres propriétaires – sont devenues aujourd’hui extrêmement communes. Dans ce contexte, pouvoir disposer de coupons d’assistance technique pour la SUSE Linux directement auprès de Microsoft est un élément appréciable pour les DSI.

Les différents ponts jetés entre les mondes Windows et Linux ont également leur rôle à jouer dans l’émergence de solutions mixtes. Ce travail continue aujourd’hui au travers du développement d’outils permettant d’augmenter l’interopérabilité dans le domaine de la virtualisation, de l’administration système, de la gestion de l’identité, des formats de documents, ou tout simplement des logiciels, grâce à Mono, le clone open source de la plate-forme .NET. La composante prix est un autre élément d’importance pour les clients de Novell : la compagnie rappelle ainsi que son offre de support est plus abordable que celle de son principal concurrent, Red Hat.

Microsoft en Novell vont même plus loin : ainsi, un accord juridique de coopération permet aux utilisateurs des solutions Novell de ne pas avoir à se soucier des brevets de Microsoft. Par effet de bord, cet accord a permis de protéger tous les utilisateurs, et non pas seulement les clients de Novell. De fait, l’assistance apportée par Microsoft a permis à Novell de s’assurer que ses projets open source n’utilisaient pas des brevets détenus par la firme de Redmond.

Le 10 décembre 2009, une conférence web (Windows – Open Source Linux : Comment se concrétise l’interopérabilité Microsoft – Novell ?) a permis de faire le point sur cet accord ainsi que sur les actions menées par les deux compagnies. Ce fut également l’occasion de proposer un premier bilan, après trois ans de partenariat. Cet évènement était animé par Alfonso Castro de Microsoft et Philippe Desmaison de Novell, le tout sous le regard d’un expert indépendant de la société de conseil Solucom.

Si vous avez raté cette rencontre, nous vous invitons à une séance de rattrapage. En effet, cette conférence web est disponible gratuitement en ligne. Elle dure un peu moins d’une heure. Pour y accéder, inscrivez-vous tout simplement sur cette page web.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur