iPhone 4 : les têtes commencent à tomber

OS mobilesRégulations

Vice-président en charge de la partie matérielle de l’iPhone, Mark Papermaster aurait été poussé vers la sortie suite aux problème d’antenne de l’iPhone 4.

Mark Papermaster, jusqu’ici vice-président d’Apple en charge de la partie matérielle de l’iPhone, a-t-il jeté l’éponge ou l’a-t-on remercié? Des rumeurs issues de sources anonymes sont sur toutes les lèvres outre-Atlantique. L’intéressé, lui, a refusé de répondre aux questions du New York Times ce 7 août.

Selon le New York Times qui a dévoilé l’affaire, « une personne ayant une connaissance directe de la situation [et] qui a accepté de parler sous couvert d’anonymat parce qu’il n’était pas autorisé à en discuter, a déclaré que Mr Papermaster avait été mis dehors suite à une série de problèmes matériels, dont certains sont liés à l’iPod Touch. » Marc Papermaster serait-il un effet collatéral de « l’antennagate », surnom donné par la presse à l’affaire de l’antenne défaillante de li’Phone 4, responsable de tous les maux d’Apple, ou presque.

Débarqué chez Apple en 2008 après 25 ans de bons et loyaux services chez IBM, Mark Papermaster, faisait la joie de sa nouvelle entreprise. Jusqu’à l’affaire de l’antennagate. C’est donc évident pour certains, moins pour le Wall Street Journal, qui relate des relations de travail dégradées entre le vice-président et Steve Jobs, Pdg de la firme californienne.

« Mr Papermaster avait perdu la confiance de Mr Jobs depuis plusieurs mois déjà,rapporte le quotidien américain selon des propos tenus par des proches, et il ne prenait plus de décisions depuis un certain temps. » Mieux, poursuit l’article, son arrivée ne coïncide pas avec la conception de l’iPhone 4 menée par Steve Jobs. Ce dernier « [avait] décidé de continuer le développement du smartphone même si l’entreprise était au courant des risques du design de conception de l’antenne, depuis un an déjà. »

En lieu et place de Marc Papermaster, c’est Bob Mansfield, vice-président en charge de la division Mac, qui a été nommé.

En tout état de cause, il y a deux mois, Apple vivait un conte de fées. Le succès de l’iPad, et le succès à venir de l ‘iPhone 4, faisaient verdir les fabricants voisins – à l’image de Microsoft – qui avaient du mal à taire leur dépit.

Aujourd’hui, en dépit de bons résultats semestriels, l’image d’Apple est ternie. Consommateurs et spécialistes défient désormais la marque et ses produits (lire l’avis du Consumer Reports sur l’iPhone 4). Des poursuites judiciaires sont ainsi engagées contre Apple aux Etats-Unis. Les unes mettent en cause l’antenne de l’iPhone 4, les autres, la surchauffe de l’iPad.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur