Kaspersky 2009 : plus fort, plus simple et plus rapide

Sécurité

Une interface simplifiée, une surveillance automatisée pour les non-experts, de nouveaux modules techniques… et des performances améliorées de 40 %, cette mouture devrait rencontrer un succès mérité

Les modes automne/hiver arrivent en magasin dès juillet, les fournitures scolaires de rentrée dès fin juin. Alors pourquoi pas les versions antivirus 2009 en juin ? Livrant son nouveau produit après ses concurrents aux versions 2008 (de fin 2007), l’éditeur russe Kaspersky propose son antivirus et sa suite Internet Security 2009. Marketing, quand tu nous tiens ! Cependant, cela ne nuit nullement aux avancées proposées dans cette nouvelle mouture.

Comment protéger le plus efficacement possible, en utilisant les technologies les plus efficaces, en mettant à jour le plus régulièrement possible les logiciels, avec des produits de sécurité simple à utiliser, et sans pénaliser les performances ? Pari complexe pour les éditeurs de logiciels antivirus, antispam et coupe-feu.

Selon le cabinet d’étude GFK, Kaspersky détiendrait 38 % du marché (ventes de boîtes en magasin) sur le marché français de l’antivirus avec Kaspersky Anti Virus 7, et 18 % des suites avec Kasperky Internet Security. Avec la version 2009, l’éditeur mise sur une forte augmentation, grâce à de nouvelles fonctions, des technologies améliorées, des performances optimisées, et une interface simplifiée jusqu’au fonctionnement automatisé. L’utilisateur peut créer un CD de démarrage pour prévenir les gros problèmes de type rootkit, ou encore télécharger une image CD permettant de démarrer l’ordinateur de façon à récupérer ses données.

De nouvelles fonctions antivirales et de surveillance réseau

Au-delà de la protection de base (virus, vers, chevaux de Troie, spyware, malware, email, trafic Internet, messageries instantanées, et protection contre les menaces inconnues), Kaspersky Antivirus 2009 s’enrichit de l’analyse complète du système d’exploitation et des applications, et de la surveillance préventive, d’un clavier virtuel pour éviter les Keylogger, de la protection du vol de donnée via connexion sécurisée…

De même, la suite KIS améliore son coupe-feu en surveillant désormais les réseaux Wifi et IPV6, l’automatisation de configuration des règles de sécurité des applications, la définition des niveaux de sécurité pour les applications inconnues, et la classification automatique des applications (HIPS). Les parents apprécieront toujours le module de contrôle parental multiniveaux rendu inaccessible aux adolescents les plus chevronnés.

kaspersky.jpg

Classifier pour gérer la dangerosité

Lorsqu’un événement intervient sur l’ordinateur, le rôle d’une solution de sécurité est soit d’interdire, soit de rejeter un traitement, une application, un site web, ou un e-mail. Kaspersky combine donc plusieurs technologies (voir schéma) : listes blanches et noires, signature digitale (reconnaissance de code), et l’analyse heuristique émulant l’activité d’une application pour déterminer son niveau de dangerosité. La catégorisation des applications effectue une distinction, et donc des différences d’autorisations d’accès à des informations et à des ressources : application de confiance, à restriction faible, avec restrictions élevées, application douteuse, ou rejetée. En automatisant ce type de tâches, Kaspersky gagne en simplicité tout en assurant une sécurité optimale.

Plus simple, plus performant et moins de questions

Certes, l’interface du produit a encore été simplifiée, tout en conservant un bon niveau d’information. Mais surtout, Kaspersky peut fonctionner en mode automatisé, traitant automatiquement les menaces et classant les applications sans intervention de l’utilisateur. Fini les fenêtres avec des questions complexes, malgré leur formulation simple. D’autant que si l’utilisateur ne répond pas, le processus attend… Des petits pop-up s’affichent toujours pour alerter l’utilisateur, mais s’effacent au bout de quelques secondes.

Enfin, atout majeur pour ce type de solution : les performances ont été optimisées et KIV 2009 serait 40 % plus rapide que son prédécesseur. Une bonne nouvelle pour ceux qui avaient fini par désactiver le pare-feu au profit celui de Windows, gratuit, mais bien moins efficace.

Dès le 2 juin en ligne et le 6 juin en magasins, Kasperky Antivirus (KAV) sera disponible pour moins de 40 euros pour 3 postes et un an de mises à jour, et Kaspersky Internet Security (KIS) aux mêmes dates et conditions pour moins de 70 euros.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur