La Linux Foundation prévoit une déferlante de serveurs Linux en entreprise

Réseaux

Les parts de marché de Linux sur les serveurs d’entreprise pourraient connaitre une forte poussée dans les prochaines années… au détriment des machines fonctionnant sous Windows.

Faisant sien l’adage « pour vivre heureux, vivons cachés », Linux ne semble aujourd’hui s’imposer que dans les applications enfouies : l’embarqué (routeurs ADSL, set-top boxes, téléviseurs, électronique domestique…) et les serveurs ‘distants’ ou spécialisés (serveurs web, services de cloud computing et appliances réseau d’entreprise). Seule exception, le marché des smartphones, où les usages de Linux se multiplient (Android, bada, etc.).

Toutefois, la situation commence lentement à changer, en particulier dans le monde des entreprises. La fondation Linux vient ainsi de dévoiler les résultats d’une étude menée auprès de représentants de très grands groupes. Et ces derniers sont sans appel : 76,4 % des compagnies prévoient d’ajouter des serveurs Linux à leur infrastructure dans les cinq ans, contre 41,2 % pour les serveurs Windows. Dans le même temps, 43,6 % des DSI pensent maintenir, voire réduire, leur nombre de serveurs Windows.

Les OS serveurs de la firme de Redmond devraient ainsi perdre du terrain en entreprise, pendant que Linux connaitra une croissance sans précédent. Si 66 % des installations de serveurs Linux seront dédiées à des nouveaux services ou applications, 36,6 % seront liés à des migrations depuis Windows et 31,4 % à des migrations depuis UNIX. Dernier point, 60,2 % des personnes interrogées expliquent que Linux sera utilisé pour des applications critiques, près de 60 % des CIO estimant que cet OS forme maintenant un élément stratégique de l’infrastructure IT.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur