La mémoire Flash se lance à la conquête du monde

Réseaux

Il n’y a pas qu’Apple avec son iPod qui soit de cet avis, Intel, Microsoft et Samsung placent la mémoire Flash au centre du PC pour le stockage des données importantes

Qu’est-ce que la mémoire Flash ? Ce sont les composants de mémoire qui retiennent les données lorsque l’alimentation est coupée. Partant de ce simple constat, la mémoire Flash s’impose sur les appareils mobiles, avant de s’attaquer avec force aux ordinateurs.

Certes, il ne faut pas regarder la mémoire Flash comme le remplaçant du disque dur. Pas encore tout du moins ! Car le disque dur bénéficie encore de nombreux avantages qui le rendent attractif, dont le moindre n’est pas le prix, ni la capacité. Mais la mémoire Flash ne se résume pas seulement non plus aux seuls baladeurs numériques sans disque dur. Intel et Samsung travaillent d’ailleurs à un projet hybride qui associe disque dur et mémoire Flash. Projet repris par Microsoft sous l’appellation SuperFetch et intégré au futur Windows Vista. Le projet hybride de Samsung, par exemple, place de la mémoire Flash directement dans le disque dur. Avec 128Mo de Flash, la consommation du disque dur serait réduite de 95% et l’autonomie d’un ordinateur portable prolongée de 30 minutes ! Annoncé pour 2007? Le projet d’Intel est quelque peu différent. Le fondeur imagine un module de mémoire Flash qui vient se glisser dans un slot sur la carte mère et qui accepte des composants au standard NAND. Au final, l’effet serait le même. Quant à Microsoft, l’intérêt de cette association est de réduire le temps de boot (démarrage) de Windows XP à moins de 15 secondes. Alors quant on évoque l’usine à gaz Vista, on imagine l’intérêt de l’éditeur pour cette technologie. Autre usage de la mémoire Flash, le cache actif mais en basse consommation. Toujours selon Microsoft, toutes les informations traitées pourraient être stockées sur le Flash toutes les 10 minutes, limitant les accès disques et la consommation, mais aussi assurant une protection active des dernières données créées ou saisies. L’expérience menée par Samsung devrait aussi se concrétiser avec des ‘disques’ (peut-on encore les appeler ainsi ?) entièrement Flash. Le constructeur annonce des unités en 8 Go qui occupent le volume d’un disque 1,8 pouces, ou des 16 Go en 2,5 pouces. Il envisage même des ‘disques’ Flash en 60 ou 80 Go. Mais pas dans l’immédiat, car le coût en serait prohibitif. Un coup d’?il côté tarifs sur l’iPod Nano, 2 Go pour 199 dollars et 4 Go pour 249 dollars ! De quoi confirmer que le prix reste le nerf de la guerre et encore une fois que le disque dur tient encore sa place, sauf peut être sur les appareils de taille et de capacité très réduites ! Les constructeurs s’intéresseront d’abord à l’usage de la mémoire Flash sur les ordinateurs portables. Les gains ? rapidité d’accès, de sauvegarde, de boot, réduction de la consommation et augmentation de l’autonomie ? viennent d’ailleurs en confirmer l’intérêt sur ce marché aujourd’hui plus stratégique. En revanche, il faudra que les environnements s’adaptent à cette technologie. Pour Windows, Microsoft y travaille en prévision de Vista, nous l’avons vu. Pour Linux, il faudra sans doute attendre encore quelques temps. Mais l’environnement applicatif ne sera pas le seul point à suivre avec attention. Les constructeurs de mémoires Flash devront eux aussi y mettre du leur, comme de se lancer dans la fabrication de mémoire 10 Go, et non plus se contenter de fabriquer uniquement du 2 ou 4 Go pour satisfaire les fabricants de baladeurs et de téléphones?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur