Larry Ellison , Oracle, réaffirme ses engagements sur l'avenir de Sun

Réseaux

L’ouverture d’Oracle Openworld 2009 a viré du rouge au bleu : place d’honneur,  exclusive à Sun. Larry Ellison l’a redit devant Scott McNealy :  serveurs, stockage, Solaris, Java, MySQL…-tout continue!  Et piques répétées pour IBM

San Francisco. – SPARC, UltraSPARC, Solaris MySQL, Java… on n’en finirait pas de citer les technologies majeures inventées et développées par Sun Microsystems. D’où l’inquiétude légitime lorsqu’Oracle rachète l’ensemble. Les deux dirigeants respectifs, d’Oracle et de Sun, ont décidé de faire taire les rumeurs.

Le lancement d’Oracle Openworld 2009, manifestation annuelle de l’éditeur, a pris la forme d’une revendication et d’engagements solennels, bien que souvent émaillés de traits ironiques, voire sarcastiques…

oracle_openworld.jpg

Un show d’une heure consacré entièrement à Sun ! Musique à fond, et éclairage qui passe du rouge… au bleu dans l’auditorium pour accompagner l’arrivée de Scott Mc Nealy, CEO de Sun Microsystems. Et pendant une demi-heure, il a rappelé les innovations majeures de la firme. Ensemble, ils ont redit les ‘engagements d’Oracle :

– la puissance de calcul avec les processeurs SPARC, « les premières stations de travail à 7-10 MIPS pour moins de 10.000 dollars», a rappelé Scott McNealy ; et plus encore avec la technologie Ultrasparc, « Oracle dépense plus pour son développement que Sun» a répété McNealy.

– les systèmes d’exploitation avec Solaris et OpenSolaris : « Oracle dépense plus pour son développement que Sun» a répété Mc Nealy.

– les bases de données : MySQL que « Larry [Ellison, CEO d’Oracle] ne considère pas comme un concurrent, mais comme un concurrent de Microsoft, » a lancé Mc Nealy

– sans oublier Java et son nouveau langage de scripting JavaFX

– l’innovation avec Open Storage et le système de gestion de fichiers Solaris ZFS, des avances majeures sur le marché.

Arrive alors Larry Ellison. Pendant une demi-heure, il va parler de… Sun.

Bien que l’Europe n’ait pas encore donné son feu vert à cette fusion, les choses semblent tout de même bien emballées. Il faut dire que les actionnaires de Sun ont accepté le marché et que les autorités américaines ne s’y sont pas opposées en août dernier.

IBM chez les clients de Sun…

«IBM va voir les clients de Sun, en leur indiquant qu’Oracle allait abandonner les serveurs et Sparc, car c’est un métier de constructeur et non d’un éditeur. Nous avons donc fait savoir que nous allions continuer d’investir sur le matériel Sun, sur SPARC et sur toutes les avancées technologiques, pour les développer plus encore, » a affirmé clairement le dirigeant d’Oracle. « De même pour Solaris que reste le système d’exploitation le plus performant pour les entreprises. »

De même, sur les “menaces” annoncées quant au sort de MySQL, le discours de Larry est limpide : « Tout comme pour SleepyCat, la base de données open source que nous possédons depuis des années [NDLR : rachat début 2006], nous continuerons à développer MySQL, qui propose une très belle technologie. »

«Que dire à propos de Java ? Java parle de lui-même, pas la peine d’en rajouter, » a lancé Larry Ellison. « Si des spécialistes du logiciel et du matériel travaillent de concert pour régler un problème ou innover, cette synergie sera encore plus payante pour nous, mais aussi pour nos clients. C’est pourquoi nous avons réalisé cette fusion Oracle-Sun. Nous pourrons optimiser au maximum sous l’environnement Solaris et les serveurs Sun tous nos logiciels Oracle !»

Enfin, le dirigeant a tenu à rassurer les clients et prospects : « Oracle doublera le nombre se commerciaux spécialisés sur le hardware pour vendre et les serveurs Sparc et les systèmes Solaris. »

Il semblerait que les choses soient claires, etg le ton plus que ferme et décidé: une heure sur Sun et les synergies, pas d’annonces Oracle, BEA, Peoplesoft, BI… mais l’événement ne fait que commencer.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur