Le cloud computing, futur de l’armée US

Régulations

Les soldats américains pourraient bénéficier de cette nouvelle technologie d’ici l’année prochaine

L’armée américaine pourrait faire un bond technologique de taille. D’après une information du New York Times, la DISA (agence chargée, entre autres, de développer des solutions de communications destinées autant à l’administration qu’aux soldats en opération) a approché de nombreux ténors de l’industrie hi-tech.

Google et Amazon ont notamment été sollicitée pour leurs expérimentations menées dans le domaine du ‘cloud computing‘. Par cette technologie, les échanges sont gérés et centralisés par des serveurs distants. Les postes de travail n’ont plus besoin d’héberger des applications. Un “nuage” de serveurs assure la prise en charge. Les capacités de stockage et les applications sont gérées par un prestataire extérieur. Seule une connexion internet suffit pour y accéder.

De fait, la DISA regarde cette technologie d’un œil intéressé. Notamment pour les applications destinées aux militaires. Un soldat équipé d’un client muni d’une connexion internet pourrait accéder à des diverses informations : localisations des troupes, cartes, stock de munitions ou encore véhicules disponibles. Le soldat pourrait également être capable de combiner les différentes données.

Le projet semble déjà sur les rails. La DISA aurait mis en place un système très proche d’ Elastic Compute Cloud, le service développé par Amazon. La DISA s’intéresse non seulement à la technologie mais également à son déploiement, depuis l’expérimentation en laboratoire aux phases de test jusqu’aux utilisateurs finaux. La mise en place du ‘cloud computing’ modifierait profondément la fonction d’une DISA qui deviendrait, de fait, un fournisseur de services. L’agence affirme en être “consciente”.

Le service, baptisé RACE pour Rapid Access Computing Environment, devrait entrer en fonction au cours du prochain exercice fiscal. Aucun appel d’offres n’a pour le moment été réalisé. Néanmoins, un hypothétique contrat, sûrement juteux, pourrait susciter des appétits. Google et Amazon, déjà sollicités pour leurs conseils, mais également IBM et sa solution iDataPlex, pourraient très vite se mettre sur les rangs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur