Le i-mode allemand patine

Régulations

Pas d’euphorie outre-Rhin s’agissant des premiers pas du nouveau service pour mobiles. On est encore loin des scores obtenus au Japon.

Lancé à grands renforts de communiqués dithyrambiques, le i-Mode allemand semble avoir beaucoup de mal à démarrer. Commercialisé par l’opérateur hollandais E-Plus (KPN), par le biais d’un partenariat avec le japonais, NTT DoCoMo, il n’aurait réussi à séduire que 38.000 clients trois mois après son lancement. Rappelons que

le i-Mode permet un accès à l’Internet mobile et surtout l’échange de fichiers (comme des images et de la musique) et le téléchargement de jeux. Succès monstrueux au Japon, il a déjà attiré plus de 30 millions de consommateurs nippons. Bouygues a démarré l’expérience en France En Allemagne, sur une centaine de services proposés, c’est celui de Playboy qui est le plus fréquenté. Malgré cela, l’objectif d’atteindre 400.000 abonnés d’ici la fin de l’année 2002 semblait irréaliste. Les experts tablent sur 200.000 clients au maximum. Ces résultats ne sont franchement pas une bonne nouvelle pour le secteur. Car il est à la recherche de nouveaux modèles économiques pour rebondir. Selon Ad Scheepbouwer, Pdg de KPN: “Si l’i-Mode ne perce pas, c’est toute la branche qui en pâtira”. En France, c’est Bouygues Télécom qui commercialise le i-Mode européen grâce à un accord signé avec son créateur NTT DoCoMo. Mais le démarrage poussif du service en Allemagne pourrait bien avoir quelques conséquences sur le lancement de l’i-Mode en France.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur