Le marché mondial des serveurs accuse sa plus forte baisse depuis 12 ans

Cloud

Au premier trimestre 2009, les ventes de serveurs chutent de plus de 26 %. Tous les constructeurs sont affectés.

Si le marché des machines virtuelle est en plein boom, le déclin des ventes de serveurs s’est poursuivi en début d’année au niveau mondial. Selon IDC, l’industrie accuse une chute de 26,5 % sur le premier trimestre 2009 par rapport à la même période 2008 à raison de 1,49 million de machines vendues. En valeur, l’impact est à peine moins perceptible : -24,5 % pour 9,9 milliards de dollars de revenus.

C’est la plus forte baisse de revenus du secteur depuis 12 ans souligne l’institut d’études. La chute s’est accentuée par rapport au quatrième trimestre 2008 déjà pas très en forme avec 12 % de baisse sur les livraisons et 14 % en valeur à 13,5 milliards de dollars.

Les conditions du marché ont empiré dans toutes les régions du monde, selon IDC. “La plupart des organisations reportent les nouveaux marchés IT et préfèrent allonger le cycle de vie des serveurs et améliorer l’utilisation de l’existant”, analyse Matt Eastwood, vice-président du groupe Enterprise Platforms chez IDC.

Note optimiste, l’analyste pense que “la demande de serveur va redémarrer au cours du second semestre alors que les clients commencent à reconstruire leurs capacités IT en prévision d’un redémarrage de l’économie en 2010”. Une vision que ne partage pas totalement son collègue Stéphane Krawczyk, analyste chez IDC France, qui rapporte dans le Baromètre Entreprises France que “57 % des responsables d’entreprises de plus de 100 salariés interrogés envisagent une sortie de crise de l’économie française fin 2010”.

Sans surprise, tous les constructeurs souffrent : de -18,6 % pour Fujitsu/Fujitsu-Siemens à -31,2 % pour Dell. HP maintient sa première place avec plus de 29,3 % du marché pour 2,913 milliards de dollars de revenu suivi de très prêt d’IBM (29,3 % et 2,904 milliards). Soit prêt de 60 % du marché à eux deux.

Le secteur des serveurs x86 décline de 28,8 % en valeur (5,1 milliards de dollars) et 26,3 % en volume (1,4 million d’unités). Le plus bas résultat depuis le 3e trimestre 2003, note IDC. Les autres marchés (RISC, CISC, EPIC) ne sont guère mieux lotis avec une chute de 19,4 % en valeur avec 4,8 milliards de revenus. Côté systèmes, si Unix (-17,5 % de baisse de revenus), Linux (-13,8 %) et IBM z/OS (-18,9 %) accusent le coup, ce sont les OS de Microsoft qui subissent la plus forte déflagration : -28,9 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur