Le site d'un tribunal transformé en centre de stockage de fichiers pirates

Sécurité

Le TGI de Bonneville (Haute-Savoie) a été victime du piratage de son site. Les auteurs proposaient en téléchargement des films récents

Les pirates auraient-ils le sens de l’humour ? Un humour des plus particuliers si l’on considère l’attaque qui a eu lieu entre le 26 décembre et le 5 janvier sur le site Web du tribunal de grande instance de Bonneville.

Transformer un site légitime en serveur de téléchargement pirate, certains crieront au scandale ! C’est pourtant une pratique courante appelée ‘stro’. Mais dans ce cas, il s’agit d’une opération réalisée par quelques hackers qui ont trouvé une manière des plus originales de souhaiter une bonne année au ministère de la Justice. C’est donc une vingtaine de films mais aussi de jeux vidéos et autres logiciels qui se sont retrouvés sur le site à l’insu du TGI. Des informations révélées en primeur par le site zataz.com dès le dimanche 4 janvier.

Ce dernier n’est toujours pas remis sur pied. Il faut dire que l’information a vite été relayée et il semble que de nombreuses requêtes auraient contribué à en faire tomber les serveurs.

Le ou les pirates qui ont transformé le serveur Web du tribunal en espace de stockage et de partage (Warez) n’ont pas revendiqué leur acte. Personne, à l’heure actuelle, ne sait donc pourquoi 23 Go de copies de films (Transporteur 3, Les dents de la nuit et autres South Park…) ainsi que des logiciels, des jeux Xbox 360 et des journaux contrefaits se sont retrouvés sur le site du tribunal. Les pirates ont-ils voulu prendre le contre-pied de la loi Hadpopi en passe d’être validée ?

De son côté, le Parquet s’est montré bien moins sujet à l’humour. Le ministère de la Justice a rappelé que le téléchargement de films reste illégal même depuis un site officiel et garanti par l’Etat. De même, la Justice a rappelé les sanctions pour ceux qui auraient l’idée de faire autant que ces pirates : “jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende“. De quoi avoir un sens de l’humour bien différent.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur