Les mobiles sous Google Android prennent un peu de retard

Cloud

Ils débarqueront plutôt au début 2009

Il faudra être encore un peu patient pour découvrir les premiers mobiles sous Google Android. Le géant de la recherche, qui a noué des partenariats avec de nombreux opérateurs et fabricants de terminaux, misait sur une commercialisation des premiers combinés au second semestre de cette année. Mais selon des sources citées par le Wall Street Journal, il faudra plutôt compter sur le début 2009.

Aux Etats-Unis, si T-Mobile prévoit de fournir un combiné Android au cours du 4e trimestre 2008, Sprint Nextel table plutôt sur le premier trimestre 2009, selon cette source. Même chose pour China Mobile qui ne sera pas prêt avant 2009.

Pourquoi ces retards ? Les développeurs épinglent une plate-forme pas aussi souple que prévu. Surtout, ils se disent pénalisés par les nombreux changements qu’apporte Google à Android, ce qui retarde de fait la mise au point de programmes. Face aux bugs, Google a ainsi du publier un nouveau SDK (Software Devlopement Kit).

Pourtant, Google souligne qu’Android sera totalement sous licenceopen source. Le géant précise toutefois que les modifications apportées au noyau Linux seront sous licence GPL (GNU General Public License). De même, les outils créés pour l’environnement de développement Eclipse (comme l’Android Development Tool ou ADT) adopteront l’EPL (Eclipse Public License). En théorie, les développeurs peuvent faire ce qu’ils veulent avec Android.

Rappelons qu’Android est compatible avec la plupart des normes industrielles existantes et permettra notamment aux fabricants de mobiles d’intégrer facilement les services stars de Google que sont Search, GMail, Calendar, Picasa, Blogger, Maps ou encore YouTube. En outre, constructeurs et opérateurs seront libres de personnaliser Android. Mais Android est belle et bien la porte d’entrée du géant de Mountain View dans les mobiles.

Soutenu par plusieurs équipementiers, qui ont rejoint l’Open Handset Alliance, Android pourrait rapidement se faire une place sur le marché. Pour autant, l’initiative n’inquiète pas les géants des OS mobile comme Nokia ou Microsoft qui eux aussi se concentrent sur des plates-formes orientées services (OVI et Windows Mobile).

Si certains comme le Gartner doutent un peu du succès d’Android (une plate-forme mobile open source de plus…), Google lui affiche ses ambitions. Écraser l’iPhone. Voilà donc la volonté affichée par Google, ou plus précisément par, Rich Miner, le responsable du développement de la plate-forme pour les mobiles, Android.

Miner a été très offensif et critique vis-à-vis du combiné hybride téléphone/baladeur de la pomme. Il a ainsi ouvertement critiqué la main mise d’Apple sur les fonctionnalités avancées du terminal.

Du côté de Moutain View, on estime que la plate-forme Android va rapidement permettre de supplanter l’iPhone même avec son nouvel SDK. Car cette dernière sera nettement plus ouverte et facile à utiliser. Une affirmation qui aujourd’hui a encore du mal à se vérifier !

Ci-dessous le prototype Android de Texas Instruments (Photo Silicon.fr)

android_3.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur