L'Intel Atom posera problème lors du chiffrement d'un disque dur

Sécurité

Il est trop peu puissant, ce qui ralentit sensiblement les débits. En incluant une unité de chiffrement matérielle au Nano, VIA semble avoir fait un meilleur choix

Nos confrères du site Phoronix ont effectué un test intéressant sur un ultra-portable Asus Eee PC 901 pourvu d’un processeur Intel Atom N270 cadencé à 1,6 GHz : ils ont installé une distribution Linux Ubuntu 8.10 alpha 4, sur une partition chiffrée, afin de mesurer l’impact des calculs nécessaires sur les débits en lecture et écriture.

Sur des PC classiques, les performances ne sont guère impactées par le chiffrement du disque (entre 0,6% et 9,3%, suivant les tests). Malheureusement, l’Atom ne semble en mesure d’effectuer les calculs à une vitesse suffisante pour le disque dur Flash présent dans l’Eee PC.

En termes de débits purs, les performances baissent de 20,5% à près de 45,2%! Ceci pénalise terriblement le test lié à SQLite, dont le temps d’exécution est augmenté de 45,8%. L’impact pour les applications classiques, qui effectuent peu d’accès au disque dur, demeure toutefois limité : entre 0,6% et 3,6%.

La pilule est cependant dure à avaler (quoique le résultat soit sans grande suprise). L’Intel Atom est aujourd’hui utilisé dans de nombreux netbooks. Pouvoir chiffrer son disque dur est alors utile, afin de bloquer l’accès aux données si l’ordinateur venait à être volé.

Sur ce point, VIA, en intégrant l’unité de chiffrementhardwarePadLock à ses C7 et Nano, offre une solution plus adaptée au marché des ultra-portables. Notez par ailleurs que la compagnie propose de multiples outils permettant l’utilisation de PadLock sous Windows et Linux.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur