LinuxWorld: IBM parle de 'middleware' débarrassé de Microsoft…

Logiciels

La formule paraît abrupte. Pourtant, elle ne fait que traduire l’état d’esprit d’une alliance qui a prévalu sur le Salon Linux

Big Blue n’a pas caché son jeu, lors du salon LinuxWorld qui s’est tenu cette semaine à San Francisco. Le géant mondial a clairement démarché les différents acteurs de la distribution Linux – dont les plus grands, RedHat, Ubuntu et, bien sûr son allié Novell – pour leur proposer de rejoindre une “alliance” qui est vite apparue comme anti-Microsoft.

L’objet de la démarche d’IBM a consisté à leur proposer des ‘packages Linux‘ avec son ‘middleware’ pré-chargé à l’intérieur.

Pour cela, IBM a fait savoir qu’il avait reconfiguré son offre logicielle Lotus Foundations -qui inclut Lotus Notes, Sametime et Symphony.

Argument avancé: son “repackaging” rend ses logiciels “middleware” plus économiques et plus faciles à installer sur des “PC Linux”.

Résultat de l’opération, les postes clients se trouvent libérés (“free of“) de tout logiciel Microsoft…

Lors d’une conférence de presse, des dirigeants d’IBM ont été explicites: ils ont fait valoir que cette disponibilité plus accessible d’outils collaboratifs ne manquera pas d’inciter des professionnels ou des entreprises à basculer vers Linux, au moment où l’on constate que l’adoption de Windows Vista pourrait stagner.

Rappelant l’argumentaire “low cost” de Linux face à Windows, IBM estime que le pré-chargement d’outils sur Linux devrait contribuer à ébranler l’emprise de Microsoft sur le marché des petites entreprises où domine son offre “Small Business Server” (SBS).

Big Blue considère déjà que ses produits de serveur Domino pourraient être ainsi plus facilement visibles et adoptés par les PME -d’autant plus qu’étant partiellement en ‘open source’ “ils s’installent facilement et ne nécessiteraient pas d’expertises particulières en informatique“.

Sur le Salon, IBM présentait un ensemble d’outils de développement permettant d’écrire des applications dans l’environnement Lotus Foundations.

A noter que Lenovo a déjà répondu positivement – ce qui n’étonne personne compte tenu des liens historiques IBM – Legend (lire notre article par ailleurs).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur