L’iPhone 3G dans les starting-blocks

Cloud

Steve Jobs doit présenter ce lundi soir le dernier né de la marque à la pomme

Pour le Worldwide Developpers Conference, Steve Jobs devrait présenter la nouvelle version du désormais très couru iPhone. Le nouveau modèle doit permettre à Apple de confirmer sa place d’acteur majeur dans l’industrie des télécommunications. Pour y parvenir, le modèle devrait être lancé dans une gamme plus vaste de pays (50).

Une nouvelle cible ? La firme à la pomme espère désormais séduire les consommateurs européens et asiatiques. Car si l’iPhone avait plutôt bien fonctionné outre-atlantique, les ventes sur le Vieux continent sont restées décevantes pour le géant américain, notamment à cause de l’absence de 3G. Une absence désormais comblée.

Apple devrait également revoir son modèle économique. Le système de l’accord exclusif signé avec un opérateur national en échange d’un reversement lié au chiffre d’affaires (ce mécanisme assurait à Apple environ 30% des bénéfices perçus par les opérateurs auprès de leurs abonnés) semble vivre ses derniers jours. Il semble clair que plusieurs opérateurs dans chaque pays pourront distribuer l’iPhone 3G.

Séduire les réticents et les bourses plus “légères”, la stratégie d’Apple n’est plus un secret. Mais la nouveauté est peut-être ailleurs. Selon le journal Ledevoir.com, Apple pourrait ouvrir ses portes aux développeurs externes. On pourrait donc retrouver sur son iPhone la plupart des logiciels populaires pour cellulaires.

De même, l’arrivée de logiciels pour assurer une passerelle sécuritaire entre l’appareil et les réseaux informatiques des entreprises est également très attendue. Les administrateurs réseaux et DSI pourraient devenir moins inquiets quant aux possibilités de voir apparaître un maillon faible se brancher sur leur réseau, notamment avec la compatibilité ActiveSync et Microsoft Exchange. Sur ce terrain, Apple cherche désormais à concurrencer des produits comme le BlackBerry.

Outre ses fonctions 3G sous la norme UMTS ainsi que la présence d’un GPS intégré, l’iPhone 2.0 pourrait être vendu à un prix bien plus agressif que son prédécesseur. L’écho dans la presse en est unanime. L’iPhone devrait se situer aux alentours de 200 dollars.

Mieux encore, selon la presse britannique, la société O2 “va offrir la version 3G du téléphone à ses clients les plus dépensiers”.Il s’agit-là d’un appel du pied très clair en direction des consommateurs.

Une stratégie nécessaire pour que la marque à la pomme puisse remplir son objectif de 10 millions d’Iphone vendus d’ici la fin de l’année. A ce jour, la pomme aurait écoulé entre 5 et 6 millions de terminaux dans le monde.

Mais les ventes semblent s’essouffler. Selon IDC, la part de marché du smartphone aux Etats-Unis est passé de 44,5% au quatrième trimestre 2007 à 35,1% au premier trimestre 2008… L’iPhone 3G devra donc remettre un peu d’essence dans la machine…

Contre-offensive chez Samsung Quelques heures avant le lancement de l’iPhone 2, le sud-coréen a dévoilé l’Omnia, un terminal qui vise directement le mobile à la pomme.3G+, doté d’un écran panoramique tactile, de fonctions de baladeur musical, d’un GPS, d’un appareil photo de 5 mégapixels, il est motorisé par Windows Mobile de Microsoft. Il sera vendu en Europe dès juillet. Il intègre 8 ou 16 Go d’espace de stockage.Outre ce nouveau Samsung, Apple devra également compter avec le HTC Touch Diamond et le N96 de Nokia.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur