L’open-source félicite Microsoft?

Régulations

L’actualité réserve parfois de vraies surprises. La branche européenne de la Free Software Foundation a congratulé Microsoft pour ses trois licences Shared Source Initiative !

Nous avons si rarement l’opportunité de dire quelque chose de positif sur Microsoft, permettez-moi de commencer par les congratuler“. Ce discours inattendu a été fait par Georges Greve, le président de FSFE (Free Software Foundation Europe). Pour prendre la dimension du discours, rappelons que la FSF héberge GNU-GPL, la licence des logiciels libres et open-source (Free and Open Source Software). Celle-là même sous laquelle est développé le noyau (kernel) de Linux ! Mais que lui a-t-il pris d’évoquer Microsoft en ces termes ? Et bien simplement que Microsoft propose désormais un nouveau régime de trois licences pour Shared Source Initiative. Petit rappel : lancée en 2001, la Shared Source Initiative permet à Microsoft de partager le code de plus de 80 de ses technologies et de plus de 600 technologies non profitables qui en découlent. Mais cette Initiative était entachée d’un mal endémique, avec 10 licences différentes appliquées sur tous ces produits partagés. Microsoft a simplifié son système de licences Shared Source Initiative, et ne propose plus que trois licences : – La Permissive License (Ms-PL) : elle permet aux utilisateurs de visionner, modifier et redistribuer le code source sur des développements commerciaux ou non commerciaux. Elle permet aussi au développeur d’encaisser s’il le souhaite des royalties sur le code modifié de son application sous licence Ms-PL. – La Community License (Ms-CL) est réciproque : un développeur qui redistribue du code doit le faire sous licence Ms-CL. Le code développé sous un projet Ms-CL revient donc à la communauté sous le même modèle de licence. Microsoft a annoncé que huit nouveaux starter kits pour Visual Studio 2005 et le prochain Windows CE Bluetooth Wrapper seront proposés sous licence Ms-CL. – La Reference License (Ms-RL) est juste une licence de référence, à savoir que la modification et la redistribution du code licencié sont interdites. “Aujourd’hui, Microsoft simplifie les licences de son code source afin que les développeurs qui travaillent sur nos technologies puissent se concentrer sur le développement de grands logiciels, plutôt que la compréhension d’une licence“, a déclaré Jason Matusow, le directeur de la Shared Source Initiative de Microsoft. C’est ce que Georg Greve, président de FSFE, a évoqué. Car deux de ces licences partagées rejoindraient les exigences de la ‘Free Software Definition‘, qui définit les règles pour qu’un logiciel puisse être considéré comme un logiciel ‘libre’. Dans une analyse préliminaire ? les nouvelles licences de Microsoft doivent encore être étudiées en profondeur ? la FSFE a indiqué que la Community License (Ms-CL) et la Permissive License (Ms-PL) “satisfont aux quatre libertés qui définissent leFree Software”. Ms-CL en particulier serait une variation du concept d’absence de copyright (Copyleft) de GNU-GPL. Celui là même que Steve Ballmer avait qualifié, voici quelques temps, de ‘vérolé‘, ‘cancéreux‘ et même de ‘communiste‘ ! (Lire nos articles). Quant à Microsoft, un porte-parole du groupe a indiqué que la firme est satisfaite du retour de sa décision. “Notre objectif avec les nouvelles licences est de simplifier l’accès au code source pour les développeurs du monde entier, de manière simple et prévisible“. La FESE pourrait cependant modérer ces commentaires, car ce n’est pas la publication de textes de licences qui fournit la ‘liberté‘ citée. Jusqu’à preuve du contraire, seule la Free Software Licence rend un programme libre ! Le label ‘Shared Source‘ ne signifie pas nécessairement ‘libre‘, de même que toutes les licences en sont pas ‘libre‘. Pour Microsoft, simplifier son système de licence n’a rien à voir avec l’adoption de la licence GNU-GPL?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur