M2M : Sierra Wireless met finalement la main sur Wavecom

Cloud
crédit photo © FotolEdhar Fotolia.com

Fin du feuilleton

L’affaire est dans le sac pour Sierra Wireless. Le canadien a en effet bouclé son OPA amicale sur le français spécialiste du Machine to Machine et détient aujourd’hui plus de 84% de son capital. Une belle victoire qui s’est faite au nez et à la barbe de Gemalto.

C’est en effet la fin d’un long feuilleton qui a débuté au mois d’octobre 2008. A cette époque, c’est donc Gemalto qui lorgne Wavecom en proposant 110 millions d’euros. Une offre immédiatement rejetée par le spécialiste des communications sans fil.

Début novembre, nouveau refus de Wavecom qui provoque l’ire de Gemalto. Ce dernier menace de retirer son offre. Pourtant, le 1er décembre, Gemalto obtient deux soutiens de poids : Colette Neuville, la présidente de l’Association de défense des actionnaires minoritaires (Adam), s’oppose aux résolutions proposées par Wavecom à son AG pour contrer l’OPA de Gemalto. Par ailleurs, les salariés de Wavecom estiment en Comité d’entreprise que la proposition de Gemalto “présente un caractère favorable au développement de la société”.

Le 2 décembre, coup de théâtre, Wavecom se trouve un chevalier blanc et annonce avoir acceptéune offre amicale de rachat de la part de Sierra Wireless. Ce dernier propose 8,5 euros par action Wavecom, soit 1,5 euro de plus que la proposition de Gemalto. L’offre de Sierra valorise la cible à environ 218 millions d’euros.

“Sierra Wireless et Wavecom sont complémentaires. Les deux entreprises ont un historique similaire et une culture de l’innovation commune. Nous associer à Sierra est une unique opportunité pour Wavecom et ses clients. Ensemble, nous sommes parfaitement positionnés pour fournir l’offre la plus compétitive et devenir le leader dans le marché des données sans fil”, commente Ronald Black, p-dg de Wavecom.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur