Mobile World C.: tout le Web dans la poche? La vision d’ARM…

Cloud

Bataille au sommet entre les fabricants de composants matériels et logiciels embarqués dans les téléphones portables: va-t-on vers des services centralisés pour “téléphones légers” ou continuera-t-on la course à la performance des combinés ?

Barcelone. – ARM, leader incontesté du logiciel hautes performances pour circuits intégrés, annonce la disponibilité de nouvelles versions de son logiciel graphique. L’éditeur confirme sa stratégie consistant à offrir le plus de performances possibles sur le téléphone portable lui-même, stratégie qui diffère par exemple de celle de Streamezzo, qui elle propose un client léger pour le téléphone et un serveur riche côté back office. Gareth Vaughan, Product Manager pour les solutions graphiques d’ARM, considère que “l’utilisateur demande de l’interactivité et une personnalisation de son appareil” et que les solutions basées sur serveur ne peuvent par définition pas les lui offrir. Dans ces conditions, la performance graphique doit être maximale, pour qu’à terme “le web sur les mobiles soit aussi bluffant que sur un PC !« .

ARM annonce également au World Mobile Congres un accord de partenariat majeur avec NXP Semiconductors : cet accord de licence permet à NXP d’introduire dans son offre, dès cette année, une nouvelle famille de microcontrôleurs 32 bits basés sur le processeur ARM Cortex-M3. La consommation d’énergie reste une préoccupation majeure dans le monde des appareils portables. ARM en fait un cheval de bataille pour sa famille de composants.

L’éditeur fête également, dans le cadre du salon, la livraison de son 10 milliardième processeur. Car 90% des téléphones portables dans le monde sont équipés d’au moins 1 composant ARM, ce qui apporte du crédit à la vision de l’éditeur sur marché des téléphones portables à l’horizon 2010.

Par ailleurs, ARM montre au salon World Mobile une version prototype d’un téléphone portable tournant sur plate-forme Android de Google.

Selon l’agence Reuters, T-Mobile et le Taiwanais High Tech Computer auraient annoncé leur projet d’offrir dès cette année des téléphones basés sur cette plate-forme.

Google pourra ainsi mettre “les pieds dans le plat” de l’industrie du mobile et titiller les Nokia, Microsoft et Apple, grâce à ce système “conçu pour rendre le Web aussi accessible avec un mobile qu’avec les PC”.

Toujours selon Reuters, l’institut de prévision Strategy Analytics a estimé qu’Android pourrait représenter 2% du marché des mobiles dès cette année…

Rappelons qu’à l’heure actuelle, le marché des operating systems pour téléphones mobiles est encore dominé par Symbian, filiale de Nokia.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur