Mobiles: l’arrivée de Debitel laisse froid

Régulations

Avec l’utilisation du réseau de SFR, l’allemand est le premier opérateur mobile virtuel français. Suffisant pour stimuler la concurrence?

La France compte désormais un quatrième opérateur de téléphonie mobile, il s’agit de l’allemand Debitel qui exploitera le réseau de SFR en tant que MVNO ou opérateur mobile virtuel (voir notre article).

Cette ouverture à de nouveaux acteurs est très fortement soutenue par le gouvernement et les associations de consommateurs qui regrettent le manque de concurrence sur le marché. Pour autant, l’arrivée de Debitel ne va pas bouleverser la donne. Le groupe allemand a des objectifs modestes et ciblés. D’ailleurs, dans un communiqué, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir salue “cette première avancée” mais regrette une “portée limitée de l’accord”. Et d’ajouter: “Nous ne voulons pas d’opérateurs virtuels alibis. Nous demandons le cas échéant à l’ART (le régulateur des télécoms, NDLR) de contraindre Orange et Bouygues à, laisser entrer d’autres MVNO susceptibles de réellement dynamiser la concurrence. Cette offre ne va pas révolutionner le manque de concurrence dans le secteur. C’est un petit pas”. Trois MVNO avant la fin 2004? Même réaction de la part du trublion Tele2 qui dénonce depuis plusieurs semaines les prix du marché. “Où est l’innovation?, s’interroge Jean-Louis Constanza, directeur général de Tele2 France. “Les tarifs sont comparables à ceux qui existent. Cette offre ne va donc rien apporter au marché”. Dans un entretien au Monde, le ministre de l’Industrie Patrick Devedjian, qui avait fait pression sur les opérateurs pour qu’ils baissent leurs tarifs salue cette “première avancée qui va contribuer aux baisses de prix souhaités”. Mais conscient des critiques, le ministre souligne qu’il faudra aller plus loin. “Je poursuis des négociations avec l’ensemble des opérateurs en vue de la conclusion d’autres accords de MVNO. L’objectif de trois MVNO avant la fin de l’année semble aujourd’hui réaliste”. Le réseau de distribution Phone House pourrait ainsi s’adosser à Orange assez rapidement.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur