Navigateur: le lent déclin d’IE profite à Firefox

Régulations

Le panda rouge tire son épingle du jeu et affiche une belle progression au nez et à la barbe du navigateur “historique” Internet Explorer

Internet Explorer n’est plus à la fête. De plus en plus d’internautes préfèrent migrer vers des programmes alternatifs, tout aussi simples à utiliser et performants.

Reste que IE est encore loin d’être enterré, et que selon les pays, sa présence est plus ou moins forte. Mais pour les analystes du cabinet d’études OneStat le déclin est bien amorcé. En janvier, le navigateur de la firme de Redmond comptait pour 85,82%. À l’heure actuelle, ce chiffre est de 85,17% soit un recul de 0,65 points. À noter que les statistiques de OneStat sont établies au niveau mondial, sur un panel de 50.000 sites répartis dans plus de 100 pays. Du côté de Firefox, les parts sont passées de 11,23 à 11,79%, soit une augmentation de 0,56 point. Aux États-Unis, IE reste la norme, bien qu’il soit en baisse quasiment partout il passe de 80,91 à 82,47% soit une augmentation de 1,56 point. Pour autant, l’alternative open source à IE affiche une bonne santé avec une part de marché qui passe de 12,55 à 12,81%, soit une augmentation de 0,26 point. Au Canada IE a progressé de 2,23 points, passant de 75,18 à 77,41%, mais Firefox a perdu 2,43 points, passant de 18,43 à 16%. Internet Explorer est aussi mis à mal au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, où il perd 2,07 points pour une part de 86,25%. Pour conclure, si le monopole de IE est toujours une réalité et que son utilisation rime avec Web dans beaucoup de pays, la nouvelle étude de OneStat montre que la situation est en train de lentement évoluer. Derrière l’indétrônable mastodonte l’on trouve donc Firefox, mais aussi Safari le navigateur pour Mac avec 2,02% puis Opera et ses 0,79%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur