Novell dans le collimateur de la FSF: interdit de nouvelles versions Linux ?

Régulations

Largement critiqué suite à son accord avec Microsoft, Novell pourrait subir
les foudres de la Free Software Foundation

La communauté du ‘logiciel libre’ craint les retombées de l’accord qui lie Novell à Microsoft et qui leur permet de licencier mutuellement leurs propriétés intellectuelles.

Une crainte qui se traduit par une multiplication des critiques exprimées auprès de la Free Software Foundation (FSF): elles disent la menace de voir Microsoft profiter des développements annoncés pour s’imposer face à son challenger alternatif.

La FSF contrôle les droits de propriété intellectuelle liés à certaines parties du système d’exploitation ‘Open source’ Linux. A ce titre, l’organisme exerce un contrôle sur les distributions Linux.

Face à une impressionnante levée de boucliers contre Novell, la fondation, pourrait bien dans les deux prochaines semaines prendre la décision d’interdire à l’éditeur de distribuer sous licence les nouvelles versions de Linux ? Cela prendrait effet dès le mois de mars !

Novell pourrait alors se retrouver, de façon inattendue et pour le moins inconfortable, à distribuer des versions de Linux qui ne seraient plus au standard ! En particulier les développements d’interopérabilité réalisés en partenariat avec Microsoft.

On se demande d’ailleurs comment Novell va pouvoir mettre à jour ses développements s’il n’a pas accès aux dernières versions du code ‘Open Source’ fournies par la fondation ?

Rappelons que la division Linux ne représente que 5 % des revenus de Novell (967 millions de dollars en 2005), mais qu’en revanche le volet financier de l’accord passé avec Microsoft sera la principale source de cash du groupe (qui en a bien besoin !) sous la forme de deux versements liés aux échanges croisés de brevets pour un total de 348 millions de dollars.

Pas de démenti officiel, mais? Selon Linux-Watch.com, l’affaire serait liée à une interprétation d’un journaliste de Reuters, la FSF s’interrogerait non pas sur l’autorisation données à Novell d’exploiter les prochains noyaux de Linux, mais sur l’utilisation par l’éditeur de la future licence GPL v3, ce qui aurait été la question à l’origine de l’interprétation de l’agence.C’est tout du moins ce qu’affirme Eben Moglen, directeur exécutif du Software Freedom Law Center et membre du conseil d’administration de la FSF, qui a été interrogé par Reuterset dont le discours interprété est à l’origine de la polémique.Il se confirme cependant que la FSF se réserve bien le droit de prendre des mesures contre Novell !Richard Stallman en personne, le gourou du libre fondateur de la FSF, a pourtant indiqué que l’accord passé entre Microsoft et Novell ne viole pas la GPL v2. En revanche, la question reste posée pour la v3 encore en négociation. La levée de bouclier contre l’accord et les appels au boycott de Novell sont le fruit de la communauté et de certains activistes, mais en revanche les préoccupations de la FSF seraient plus techniques, centrées la licence des brevets.Il est certain, en revanche, que les discussions atour de la GPL v3 pourraient remettre en question la position de Novell. Le désaccord de Linus Torvalds avec la FSF sur l’évolution de la GPL est un autre épisode de ces tensions internes au sein de la communauté, inévitables au moment où le monde du libre se met à osciller entre communautarisme et industrie !

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur