Off-shoring: Siemens aussi, à un pour cinq voire un pour dix…

Régulations

L’équipementier allemand, lui aussi, s’apprêterait à délocaliser une bonne partie de ses développements

Ce sont près de 30.000 postes actuellement en Allemagne qui seraient ainsi supprimés pour être “exportés” en Inde ou en Chine, mais également vers l’Europe de l’Est – République tchèque ou Russie.

Selon nos confrères de Silicon.de, qui citent le puissant syndicat allemand IG Metal, le nombre d’emplois transplantés pourrait être de 10.000 pour la seule maison mère du groupe. Ce même syndicat allemand souligne que le sort de ces milliers de postes aurait été scellé récemment. Des montants considérables seraient ainsi épargnés en charges salariales, et pas seulement en Allemagne, mais également aux Pays-Bas, en Autriche et aux Etats-Unis. Les développeurs ou ingénieurs en Roumanie ou en Inde, seraient rémunérés pour un cinquième voire pour un dizième de ce qu’ils coûtent dans nos régions. De toute évidence, constate le syndicat, de tels plans ont déjà été élaborés. Deux entités internes au groupe Siemens seraient en charge d’étudier et d’organiser cette migration de postes ‘IT’. source: Silicon.de


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur