Open Source : ces métiers en tension que les entreprises s’arrachent

DéveloppeursEditeurs de logicielsLogicielsOpen SourceProjetsSSII

Les entreprises de la filière open source en France se livrent bataille pour recruter et retenir les développeurs, les architectes IT et autres data scientists, observe le CNLL.

La filière open source française confirme son dynamisme et cherche à augmenter ses volumes de recrutement. Les développeurs et les architectes IT font partie des métiers en tension.

C’est ce que montre une enquête* menée à l’initiative du Conseil national du logiciel libre (CNLL), de Syntec Numérique et du pôle de compétitivité Systematic Paris Region.

Voici les principaux enseignements dévoilés lors du Paris Open Source Summit 2018 :

D’ici 2021, les effectifs de la filière open source en France devraient croître en moyenne de 6,2% par an pour atteindre les 70 000 emplois salariés.

Cette année le secteur revendique 58 400 emplois. 68% de ces emplois se trouvent chez les intégrateurs de solutions et les pure players (entreprises de services dédiées à l’open source et éditeurs de logiciels). 32% sont intégrés par les entreprises clientes de l’OSS.

En 2019, 8 200 postes seraient à pourvoir dans le secteur (dont 4 000 créations nettes). 88% devraient concerner des métiers de production numérique. Les développeurs (frontend, backend, Python…), devops et architectes IT sont les plus demandés.

Les entreprises cherchent également à intégrer des compétences en data science, intelligence artificielle (IA), sécurité, internet des objets (IoT) et embarqué.

Cet engouement entraîne des tensions sur le marché du travail. Les entreprises de la filière se livrent donc bataille pour trouver et retenir de nouveaux talents. Lesquels ?

Ingénieurs et jeunes diplômés

Le secteur cible avant tout de jeunes diplômés (ingénieurs et techniciens). 61% des recrutements prévus sont orientés vers des candidats de niveau Bac+5.

Ils ne sont pas forcément issus de formations spécialisées en open source, d’ailleurs.

De surcroît, la filière s’ouvre davantage aux autodidactes et aux professionnels en reconversion. Le marché tente également d’intégrer plus de femmes. En 2018, les femmes représentent moins de 20% de l’effectif salarié du secteur en France…

*L’enquête a été menée par le cabinet de conseil en stratégie Katalyse. 78 entreprises de la filière, 94 salariés nouvellement recrutés et 347 étudiants ont été interrogés.

(crédit photo de une : opensourceway via Visual Hunt / CC BY-SA)

Lire aussi :