Oracle VDI 3.2 améliore la diffusion vidéo sur postes Linux

Réseaux

La première mise à jour majeure sous la responsabilité d’Oracle de Virtual Desktop Infrastructure entend en découdre avec les offres de VMware et Microsoft.

Oracle vient de faire évoluer son offre de virtualisation des postes de travail (ou gestion d’infrastructure de bureaux virtuels). Sa solution Oracle Virtual Desktop Infrastructure (VDI) est désormais disponible en version 3.2. Technologies issues des développements de feu Sun Microsystems, VDI 3.2 est la première évolution majeure réalisée sous le contrôle d’Oracle.

La nouvelle version apporte donc son lot d’améliorations. A commencer par le «global hot-desking» qui apporte une console d’administration avancée. Elle permettra aux administrateurs de relier plusieurs data center et de les gérer à distance. La nouvelle version de VDI permet aussi de rediriger les requêtes vers un site alternatif en cas d’indisponibilité d’un centre de données facilitant ainsi la reprise après sinistre.

Par ailleurs, VDI 3.2 autorise la gestion inter-entreprise en prenant en charge la gestion des ressources partagées, et les domaines et annuaires multiples. Ce qui devrait simplifier le travail des opérateurs et grands comptes dotées d’architectures d’annuaires complexes. Enfin, l’amélioration du support vidéo devrait offrir une diffusion fluide des contenus audiovisuels sur les terminaux. Surtout, Oracle entend se détacher de Windows et son protocole RDP (Remote Desktop Protocol) pour analyser la nature du terminal et autoriser ainsi l’envoi de flux vidéo vers des machines sous Linux. Ce qui distingue Oracle des hyperviseurs de Microsoft et VMware qui reposent sur RDP.

Signalons également de nouveaux outils viennent faciliter la gestion des plates-formes Windows (notamment la mise à jour des images systèmes qui conserve désormais les données utilisateurs, l’optimisation de l’utilisation de la mémoire qui améliorer l’utilisation des ressources serveurs et l’amélioration des opérations de sauvegardes et stockage).

Oracle signale en outre que Oracle VDI 3.2 « offre le plus large choix de systèmes d’exploitation virtuels de bureau »: Windows (7, Vista, XP et 2000) ainsi que Oracle Enterprise Linux, Ubuntu, et SUSE Linux Enterprise Desktop sont supportés depuis l’hyperviseur Oracle VM. Un hote de virtualisation exécuté sur les machines clientes peut s’intègrer à VMware vSphere et Microsoft Hyper-V.

« Cette version d’Oracle Virtual Desktop Infrastructure est une preuve supplémentaire de l’engagement d’Oracle à fournir une gamme complète de solutions de virtualisation qui permet de réduire les coûts et optimise ressources informatiques existantes, déclaré Wim Coekaerts, vice-président responsable des produits Linux et Virtualisation de l’éditeur. La dernières améliorations en matière d’évolutivité, de multimédia et d’administration peuvent aider à lever les barrières d’entrée pour les organisations qui envisagent d’adopter une architecture de bureau virtuel, et leur permettre d’augmenter l’efficacité et la flexibilité de leur infrastructure. »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur