P2P : 75% des internautes pour une licence globale

Régulations

Les études se succèdent, mais ne se ressemblent pas

D’un côté, l’on trouve les majors qui rejettent la responsabilité du piratage sur les auteurs de logiciels et de l’autre les associations de consommateurs et certaines sociétés de gestion de droits des artistes qui plaident pour l’instauration d’une licence globale.

L’enjeu est de taille puisque l’Assemblée nationale est sur le point de voter la loi DADVSI qui verrouille fermement les échanges sur le Net, pénalise les éditeurs de P2P et empêche le contournement des DRM même dans le cadre du droit à la copie privée (voir nos articles)… Selon un sondage effectué par SPEDIDAM-Médiamétrie : 75 % des internautes favorables à une licence globale optionnelle pour échanger des oeuvres sur Internet. Et les principales tendances relevées au sein de l’étude vont à contre-courant de celles faites par les majors? Tout d’abord un constat, plus de la moitié des internautes téléchargent sur P2P ou échangent des ?uvres par e-mail. 42% des internautes interrogés ont déjà téléchargé de la musique et/ou des films sur un réseau de peer-topeer. En outre, 40% des internautes n’ayant jamais téléchargé sur des réseaux peer-to-peer échangent néanmoins des fichiers via e-mail ou messagerie instantanée avec leurs proches. Pour les internautes, le P2P est avant tout un moyen pour découvrir, tester et trouver des oeuvres introuvables ailleurs avant de les acheter. 6,90 euros par mois Les principales raisons qui poussent les internautes à télécharger gratuitement via peer-to-peer des titres musicaux, films ou photos sont l’envie de découvrir et de tester les oeuvres (44 %), la possibilité de trouver des musiques, films ou photos introuvables ailleurs (35 %) ou encore la facilité d’usage (28 %). 75% des internautes d’accord avec une licence globale optionnelle pour échanger des oeuvres. 75,6% des personnes interrogées, pratiquant ou non le téléchargement sur les réseaux peer-to-peer, ont déclaré être ” tout à fait d’accord ” et ” plutôt d’accord ” avec une solution de licence globale leur permettant d’échanger des oeuvres sur Internet, dans un mode optionnel, contre une rémunération forfaitaire destinée aux ayants droit. Les internautes d’accord pour payer un supplément mensuel afin d’avoir le droit de télécharger et d’échanger librement et légalement de la musique, des films et des images seraient prêts à payer en moyenne 6,90 euros par mois. 75% des personnes interrogées déclarent que la légalisation du peer-to-peer n’aurait pas d’impact sur leurs achats de musique ou films (en CD, DVD ou sur les sites en ligne). En outre, les internautes qui anticipent un effet sur leurs achats de musique ou de films sont aussi nombreux à anticiper une augmentation de leur consommation 13% qu’une diminution de leurs achats 13% également. Les sites payants sont préférés aux sites de peer-to-peer pour la fiabilité des informations sur les titres, la sécurité pour le matériel informatique, la qualité (sonore et/ou vidéo), la rapidité de téléchargement et le service fourni. On constate que les personnes ayant déjà téléchargé sur des réseaux P2P sont plus nombreuses à avoir déjà acheté de la musique en ligne que les non téléchargeurs. En outre, celles ayant déjà pratiqué le téléchargement de films ou séries TV via un réseau de P2P sont globalement plus loueurs que le reste de la population (27 % d’entre eux déclarent louer au moins un film par mois) et vont plus souvent au cinéma que la moyenne. Ce sondage a été réalisé du 5 au 12 octobre 2005 auprès de 1 613 internautes âgés de 15 ans et plus connectés à leur domicile.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur