Réseaux sociaux : AOL s'offre Bebo

Régulations

Joli coup pour le géant américain qui s’aligne face à la concurrence

AOL USA frappe un grand coup. Dans le secteur très juteux des réseaux sociaux, le géant américain annonce le rachat de Bebo et de ses 40 millions de membres. AOL n’a pas fait les choses à moitié : il déboursera 850 millions de dollars en cash dans cette opération.

Jusqu’à aujourd’hui, on pensait que Google était le mieux placé (Microsoft et NewsCorp étaient également cités) mais visiblement AOL a été le mieux disant. C’est un joli coup pour AOL qui prend ainsi une belle position dans les réseaux sociaux au moment où tous les acteurs du Web se développent en la matière, Google en tête avec YouTube par exemple, Microsoft avec LiveSpace et Facebook, et NewsCorp avec MySpace.

Bebo est le numéro 3 américain des réseaux sociaux et emploie environ 100 personnes dans le monde (Grande-Bretagne et Etats-Unis).

L’opération correspond parfaitement à la nouvelle stratégie d’AOL qui se concentre désormais sur les services et les contenus en ligne monétisés par la publicité. D’ailleurs, la filiale de Time Warner envisage de sortir définitivement de l’accès Internet aux USA après avoir fait de même en Europe.

AOL pourra certainement créé des synergies avec ses deux services stars que sont AIM et ICQ. Ces synergies permettront à AOL de toucher plus de 80 millions de visiteurs uniques sur ce segment contre plus de 100 millions pour ses concurrents.

“Bebo est parfaitement complémentaire des services de communication d’AOL, souligne Randy Falco, p-dg d’AOL. Sa vision des réseaux sociaux, sa croissance mondiale, les opportunités de monétisation qu’il offre nous permettent de très bien nous positionner auprès des annonceurs”.

La filiale de Time Warner souligne ainsi qu’une étude de eMarketer prévoit que la publicité sur les réseaux sociaux générera 4,1 milliards de dollars de revenus en 2011 contre 480 millions en 2006. Ce qui reste à prouver. Malgré leurs audiences colossales, les réseaux sociaux (avec en tête Facebook) ont encore bien du mal à monétiser leur trafic. Mais en tout cas, AOL se donne les moyens de s’offrir une part du gâteau.

Ce rachat donnera-t-il de l’oxygène à AOL ? Rappelons qu’AOL continue à plomber les comptes de sa maison mère Time Warner. Au quatrième trimestre 2007, le chiffre d’affaires d’AOL a chuté de 32%, en raison de la perte de 740.000 abonnés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur