SAP subit les premiers effets de la crise

Cloud

L’effet domino commence

Dans le secteur IT, les grandes SSII et éditeurs de progiciels risquent d’être les premiers à subir les effets de la crise financière mondiale. La raison en est assez simple : leurs principaux clients, les banques et les grands noms de l’Industrie, sont en plein marasme et réduisent donc leurs investissements informatiques.

SAP est le premier à tirer la sonnette d’alarme. Dans un communiqué, Henning Kagermann, patron de l’éditeur allemand, indique avoir connu« une réduction très brutale et inattendue » de ses activités à la fin de l’été.

« L’évolution des marchés boursiers ces dernières semaines est dramatique et inquiétante pour beaucoup d’entreprises. Ces préoccupations ont conduit à une réduction très brutale et inattendue de nos activités à la fin du troisième trimestre », explique-t-il.

SAP a par ailleurs dévoilé quelques chiffre du troisième trimestre, « inférieurs à ses attentes ». Les revenus tirés de licences ont par exemple atteint un montant « entre 740 et 750 millions d’euros » en septembre, soit une hausse de 4 à 5% sur un an. « L’impression produite est celle d’une très grande faiblesse »,a commenté un courtier à la Bourse de Francfort cité par l’AFP.

Les difficultés de SAP ne sont-elles qu’un avant-goût ?