SDS et le CEA développent un supercalculateur vert

Cloud

Un nouveau projet de SDS et du CEA vise à réduire la consommation des clusters, en utilisant des technologies conçues initialement pour les ordinateurs portables.

Splitted-Desktop Systems (SDS) et le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA) se penchent sur l’épineuse question de la consommation électrique des supercalculateurs. Ces deux acteurs mettent en commun leur savoir-faire afin de mettre au point une solution novatrice, capable de dépasser la barrière du gigaflops par watt consommé.

« Le CEA est heureux de pouvoir tester et participer à l’élaboration de cette nouvelle technologie qui s’inscrit dans une démarche de Green IT. En cas de succès, elle rendra plus accessible et réduira le coût complet de la simulation numérique à haute performance », déclare Pierre Leca, chef du département sciences de la simulation et de l’information au CEA-DAM.

Les modules utilisés sont au format 6U et peuvent accueillir un maximum de 16 serveurs. Chaque serveur s’architecture autour d’une carte mère s2360 développée par SDS, qui adopte des composants conçus pour les ordinateurs mobiles, afin de maximiser l’efficacité énergétique : processeurs bicœurs AMD Turion 64 X2 (cadencés à un maximum de 2,6 GHz), jusqu’à 8 Go de mémoire vive et un port MXM qui permettra d’ajouter des cartes graphiques basse consommation comme la série ATI HD5800 d’AMD.

D’ici mi-2010, SDS et le CEA espèrent proposer une puissance par rack supérieure à 10 téraflops en double précision… avec une consommation d’énergie mesurée. « Après trois ans de recherches et développement, dans une économie difficile, SDS est fier de pouvoir fournir cette technologie aux centres de calculs scientifiques qui sont de plus en plus confrontés à des problèmes énergétiques majeurs. C’est une première étape qui va permettre d’élaborer des calculateurs plus efficaces », Conclut Jean-Marie Verdun, président de Splitted-Desktop Systems.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur