Sécurité : Twitter renforce sa traque des comportements délictueux

Politique de sécuritéRégulationsSécurité

Face au développement des mauvais comportements, usurpation d’identité, vol de données, faux comptes, Twitter a mis en place des outils de sécurité et de reporting supplémentaires.

Twitter est conscient que la confiance des utilisateurs vis-à-vis de sa plateforme est primordiale et que la sécurité est une bataille à mener sur le long terme. Dans une nouvelle contribution blog, le réseau social aborde les derniers changements dans ce domaine.

Des outils commencent à être déployés pour faciliter le signalement de contenus ou de comportements indésirables comme l’usurpation d’identité, l’auto-mutilation et le partage d’informations privées et confidentielles, les faux comptes.

Les victimes sont concernées en premier lieu mais aussi les internautes ayant remarqué la diffusion d’éléments troublants pourront aussi faire remonter l’information aux équipes de Twitter en charge de la modération. L’ensemble de la communauté Twitter devraient bénéficier de cette sécurité élargie dans les prochaines semaines, selon nos confrères d’ITespresso.

Fin 2014, la société Internet avait déjà fait un pas dans ce sens pour lutter contre le harcèlement sur Twitter et plus généralement « les abus ».

Dick Costolo à la manoeuvre

Ces dernières fonctions de reporting pour signaler les déviances ont nécessité un renforcement des équipes de Twitter en charge de traiter les signalements, selon nos confrères d’ITespresso. « Globalement, nous en recensons 5 fois plus qu’auparavant et nous avons triplé la taille de notre équipe support dédié », précise Tina Bhatnagar, Vice-President en charge des services utilisateurs.

Ces capacités de veille et de reporting renforcées sont censées améliorer la sécurité sur Twitter. C’est devenu une priorité pour le CEO Dick Costolo, qui avait exprimé son mécontement à propos de la gestion des traitements des abus sur le réseau social. Dans un mémo interne révélé par The Verge, le patron de Twitter s’était montré assez crû d’ailleurs : « We suck at dealing with abuse » (« On a merdé grave avec le traitement des abus », pourrait-on traduire mais on peut trouver des variantes :-)

Sans compter sur la gestion des contenus illicites diffusés (comme l’appel à la haine)…Un autre pan auquel les autorités françaises sont sensibles. En particulier depuis la vague d’attentats survenus en début d’année sur notre territoire.

A lire aussi :

Mobilité : iOS domine, Facebook et Twitter troublent les entreprises

Le chiffre d’affaires de Twitter grimpe de 97 % sur Q4 2014

Crédit Photo : Denys Prykhodov-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur