Symantec pousse le cloud privé dans les entreprises

RéseauxStockageVirtualisation

Avec ses nouvelles offres Veritas, Symantec invite les entreprises à basculer leurs applications critiques dans le cloud en exploitant l’infrastructure existante.

Symantec vient de présenter ses nouvelles solutions de stockage. Pour la plupart, elles se traduisent par des mises à jour de la gamme de produits Veritas qui passe, pour la plupart, en version 6.0. Deux nouvelles applications font néanmoins leurs entrées (directement en 6.0) : VirtualStore et Application HA. La première s’inscrit comme une couche logicielle pour consolider les espaces de stockage en direction des solutions VDI (desktop en tant que service), ce qui permettra d’exploiter les récupérations issues du thin provisionning. Le second assure la haute disponibilité des applications dans l’environnement virtualisé.

Transformer l’infrastructure en cloud privé

A travers ces nouvelles solution Symantec veut « donner la possibilité de transformer l’infrastructure classique d’une entreprise en cloud privé », explique Vincent Videlaine, directeur alliances stratégiques. Autrement dit, leur faire bénéficier du concept du cloud (élasticité, application à la demande, consolidation via virtualisation, agréger les ressources de calculs, etc.) par « simple » implémentation logicielle. Il est vrai que l’offre s’affranchit de l’hétérogénéité des environnements puisqu’elle supporte les principaux OS du marché (Unix, Windows, les principales distributions Linux) ainsi que les principales solutions de stockage et les hyperviseurs WMware, Hyper-V et KVM.

L’offre vise donc à permettre aux responsables de sauter le pas du cloud. Un saut freiné par la peur de l’inadéquation de l’existant « physique » avec le cloud au niveau des applications critique essentiellement. Selon une étude commandité par Symantec sur l’évolution de la virtualisation et du cloud, 67  % des responsables informatiques ne sont pas prêts à placer des applications critiques sur un cloud privé/hybride en raison des contraintes des contrats de niveau de service (SLA) en matière de haute disponibilité. Un chiffre qui monte à 82  % pour l’environnement de stockage.

Fonctions de reporting à plusieurs niveaux

Autant de freins que Symantec veut desserrer en assurant la mise en adéquation des problématiques résolues dans le monde « physique » (reprise d’activité, transport de l’information dans différents noeuds, etc.) à travers la mise en place d’un cloud privé résilient (ce qui permet aux entreprises de conserver leurs investissements effectués dans le datacentre). Ainsi, Veritas Cluster Server 6.0 et Symantec ApplicationHA 6.0 assurent la disponibilité des services de bout en bout dans les environnements hétérogènes, Storage Foundation 6.0 permet de déployer un système de stockage élastique pour les applications (avec déduplication et compression au niveau du système de fichier), tandis qu’Operations Manager 4.1 (pour le coup) offre le contrôle de l’ensemble depuis une interface unique.

Operations Manager ajoute les fonctions de reporting qui propose des rapports à plusieurs niveau selon les destinataires (pôles technique, finance…) et permet ainsi de vérifier les besoins en matière de ressources, voire de les anticiper tout en assurant la facturation différenciée au niveau des services dans un univers distribué. « La plus grande problématique des infrastructure est de se mettre en adéquation avec les besoin des applications », rappelle Vincent Videlaine. Et cela sans s’engager dans de massifs investissements d’infrastructure tout en évitant de se tourner vers le cloud public.

Crédit photo : © Ben Chams – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur