Thorsten Schneider (Nokia Siemens) : « L’opérateur est l’interlocuteur privilégié pour sécuriser les smartphones »

MobilitéOperateursRéseauxSécuritéSmartphones

Si l’opérateur est le mieux placé pour assurer la sécurité des terminaux de ses clients, Nokia Siemens entend être la source des solutions pour leurs réseaux, avec une nouvelle suite de sécurité en mode SaaS.

« L’opérateur est le mieux placé pour assurer la sécurité des terminaux mobiles. » Pour Thorsten Schneider, responsable de la sécurité entreprises chez Nokia Siemens Network (NSN), l’opérateur est au centre de la sécurité de ses clients. « Le terminal est connecté à son réseau et géré par ce réseau. De plus, c’est l’opérateur qui livre et gère les terminaux mobiles. » Face à cette logique de gestion de bout en bout et d’interlocuteur privilégié, l’opérateur peut donc proposer des services de sécurité pour les professionnels comme les particuliers.

« C’est une opportunité et une responsabilité », estime le responsable de l’équipementier germano-finlandais. Une opportunité d’ajouter des services additionnels à leurs offres de base (et en tirer des bénéfices), et une responsabilité notamment vis-à-vis de son propre réseau dont il faut protéger le cœur. « C’est un moyen pour l’opérateur d’augmenter la fidélité de ses utilisateurs, d’établir une relation de confiance et de se distinguer de la concurrence. »

La 4G accélère les besoins de sécurité mobile

Un besoin de sécurité auquel Nokia Siemens répond depuis plusieurs années, mais qui s’accélère avec l’arrivée de la 4G qui opère sur le tout IP contrairement aux systèmes propriétaires de la 3G. Même si les attaques ne sont pas encore aussi présentes que dans le monde du fixe, le vol ou la perte d’un terminal peut coûter cher à l’entreprise face aux risques de fuites et de disparition des données stockées. « L’impact financier va augmenter avec le développement des usages des smartphones et tablettes, analyse Thorsten Schneider. Cela va s’accentuer dès 2012. »

NSN propose donc une nouvelle suite de sécurité « as a service ». Celle-ci comprend une offre combinant la protection du réseau et celle du terminal (l’équipementier travaille pour cela avec des éditeurs spécialisés) ainsi que sa gestion (sauvegarde/restauration des données, verrouillage/suppression à distance…). Le tout administrable depuis un portail web. Globalement, l’opérateur combine la sécurisation du réseau à celle du téléphone, pour en garantir la sécurité lorsque l’utilisateur passe par un réseau alternatif comme le Wifi.

400 projets de sécurité signés

Mais quelle valeur apporte l’équipementier face à des sociétés spécialisées dans la sécurité ? « Il y a peu de fournisseurs spécialisés dans les réseaux mobiles, argumente notre interlocuteur. Les réseaux IP fixe sont différents des réseaux mobiles, cela nécessite donc une bonne connaissance du secteur de l’IT télécom. Nous amenons cette connaissance à la fois en télécommunication, IT et sécurité pour les opérateurs. » À eux de commercialiser cette sécurité à leurs utilisateurs.

Nokia Siemens met également en avant ses ressources avec 300 personnes du groupe exclusivement dédiées à la sécurité et plus de 20 000 au total qui s’y rattachent de près ou de loin. Sa connaissance des technologies LTE, avec plus de 52 contrats à ce jour, apporte à l’équipementier une expertise sur une technologie d’avenir. L’entreprise compte déjà 400 projets de sécurité à son actif auprès de 180 opérateurs dans le monde. Selon Thorsten Schneider, les opérateurs européens ont tous adopté des solutions de sécurité. Ce qui n’est pas forcément le cas partout dans le monde où certains « attendent que la catastrophe arrive pour s’équiper ».

(Article mis à jour le 30 mars.)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur