Tor : le réseau d’anonymisation taille dans son effectif

LogicielsNavigateursPoste de travailProjets

Pris dans la tourmente du Covid-19, le projet Tor, en charge du réseau d’anonymisation éponyme, a supprimé un tiers de son effectif.

Impacté financièrement par le coronavirus Covid-19, le projet Tor, en charge du réseau d’anonymisation éponyme (Tor – ou The Onion Router), a annoncé la suppression d’un tiers de son effectif.

« Tor, comme une grande partie du monde, a été pris dans la crise du Covid-19 », a déclaré dans un billet de blog daté du 17 avril Isabela Bagueros, directrice exécutive du projet.

L’entité a été durement frappée par les conséquences de la crise sanitaire, « comme beaucoup d’autres organisations à but non lucratif et petites entreprises », a-t-elle ajouté. Le collectif a donc pris « des décisions difficiles ».

Dans ce contexte, 13 des personnes qui ont activement contribué à mettre Tor à disposition « de millions [d’internautes] dans le monde » ont été dans l’obligation de quitter le projet.

Mais l’aventure continue pour d’autres. Dorénavant, une équipe resserrée de 22 permanents est chargée de la continuité du projet et de la disponibilité de sa technologie.

Continuité du projet Tor

Tor Project entend poursuivre le travail effectué sur le navigateur Tor [Tor Browser, un outil basé sur Firefox ESR pour préserver l’anonymat des utilisateurs du réseau Tor] et l’écosystème logiciel associé.

« Le monde ne sera plus le même après cette crise, et le besoin de confidentialité et d’accès sécurisé aux informations deviendra plus urgent », a estimé Isabela Bagueros.

Qui finance ?

Tor, à l’origine est un projet de la marine américaine. Il a été soutenu par la suite par la DARPA, l’agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense, puis ouvert en 2004 à une plus large communauté, notamment via l’Electronic Frontier Foundation (EFF).

Depuis, le projet Tor, basé aux États-Unis, a cherché à diversifier ses sources de financement et à systématiser ses campagnes de dons ciblant les particuliers et les collectifs. Mais la période troublée réduit grandement sa marge de manoeuvre.

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT