Un eCafé et l’addition

Cloud

Hercules, société française sort son netbook. Baptisé eCafé, la machine entre de plain-pied sur le marché des machines légères et mobiles

La famille des netbookss’agrandit encore un peu plus. Si vous étiez absent ou sur une île déserte ces derniers mois, vous n’aurez donc pas vu la déferlante de ces mini-PC sur le marché. Les netbooks, ces mini-laptops portables très légers et très prometteurs, capables de se connecter partout (Wi-Fi, 3G…) ont commencé à arriver sur nos rivages cet été.

Dernier venu en date, l’eCafé d’Hercules (une filiale du français Guillemot, ndr) ne dispose certes pas de processeur Atom ou Via, comme dans l’immense majorité des netbooks, mais une puce AMD Geode KX800. Peu performante, mais économe.

Il est doté de 512 Mo de mémoire vive et d’un disque dur SSD de 20 Go. Côté écran, la dalle mesure 8 pouces, soit un peu moins que la concurrence (8,9 voire 10 pouces) mais bénéficie d’un rétroéclairage LED, moins gourmand en énergie qu’un LCD classique. Il pèse moins de 1 kilo et promet 3 heures d’autonomie (batterie 4 cellules).

Distribué sous Linux Mandriva Mini, l’eCafé souhaite mettre l’accent sur la simplicité d’accès au système. Il propose à ce titre un accès simplifié aux applications avec des noms comme : Navigateur Web, Traitement de texte, Courrier… Histoire d’exécuter plusieurs douzaines de travaux.

Pour boire tranquillement son “petit noir” en terrasse, le netbookpeut se connecter en Wi-Fi et est compatible avec les cartes 3G des trois opérateurs hexagonaux.

Pour l’addition, l’eCafé reste dans des tarifs raisonnables. Proposé dans la grande distribution à299 euros, il a vocation à plaire à un public le plus large possible. Pour autant, on peut se demander si le marché des netbook ne commence pas à saturer. Une chose est sûre : tous les constructeurs se jettent dans la brèche mais il n’y aura pas à manger pour tout le monde.

hercules_ecafe_01.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur