EMC annonce des résultats en hausse de 18% grâce à l’international

Réseaux

Si les Etats-Unis reste le premier marché d’EMC, la croissance est tirée par l’international, l’Asie-Pacifique et les marchés émergent essentiellement.

Les sociétés high tech américaines brassent les dollars en ce début d’année 2011. A l’image d’IBM, Intel ou encore Apple, EMC vient également d’annoncer d’excellent résultats pour son premier trimestre fiscal.

Le leader des solutions de stockage d’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 4,6 milliards de dollars (3,14 milliards d’euros), en hausse annuelle de 18 %. Une progression encore plus large au niveau des bénéfices qui, à 477,1 millions, s’élève à 28 % par rapport au trimestre équivalent en 2010. « Pour le cinquième trimestre consécutif EMC atteint notre triple objectif financier : gagner des parts de marché, investir agressivement pour tirer parti des possibilités offertes par l’émergence rapide de cloud computing et du ‘big data’, et améliorer la rentabilité », se félicite le directeur financier du groupe américain David Goulden.

Une belle croissance en partie due aux résultats de la filiale VMware de solutions de virtualisation. Laquelle voit ses revenus augmenter de 33 % à 844 millions de dollars. Parmi les autres filiales du groupe, RSA, (dédiée à la sécurité), affiche une hausse plus modeste de 8 % à 174 millions tandis que IIG (Information Infrastructure Group) accuse une baisse de 10 % à 160 millions.

Mais c’est bien l’activité stockage qui génère le plus de revenus à EMC avec 3,4 milliards de dollars (en hausse également de 18 %). A noter que l’offre Symmetrix voit sa part progresser de 25 % tandis que l’offre mid-tier (VNX, CLARiiON, Celerra, Centera, Data Domain, Isilon, Avamar et Atmos) bénéficie d’une hausse de 20 %.

Si l’Amérique du Nord reste le premier marché d’EMC (54 % des revenus et 30 % pour l’EMEA), il n’en constitue plus le moteur avec une progression limitée à 12 %. Les zones Amérique latine et EMEA (région Europe, Moyen Orient, Afrique) font mieux avec 28 % et 21 % de hausse respectivement. Mais c’est bien la région Asie-Pacifique et le Japon qui tirent l’activité d’EMC vers le haut (+43 %).

Pour 2011, EMC s’attend à un ralentissement par rapport au premier trimestre mais néanmoins en hausse comparé à 2010. Le groupe devrait réaliser un chiffre d’affaires annuel de 19,6 milliards de dollars limité à 15 % de hausse pour un bénéfice net de 2,5 milliards (+22 %). Néanmoins, les aléas du marché mondial pourrait bousculer ces prévisions. « Alors que nous sommes assez confiants face à la solidité des dépenses IT, je tiens à souligner qu’il ya des risques potentiels d’événements tels que les effets de la catastrophe au Japon, les déficits publics et la hausse des prix des matières premières, notamment du pétrole, qui peuvent provoquer un sentiment de l’incertitude », a affirmé le patron d’EMC Joe Tucci. Au moins, la couleur est annoncée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur