En 2011 un tiers de la population mondiale s’est connectée à Internet

MobilitéRéseaux

Si à peine un tiers des 7 milliards d’habitants accèdent à Internet, le nombre d’internautes à doublé depuis 2006.

Un tiers de la population mondiale est connectée à Internet en 2011. C’est ce qui ressort du rapport (en résumé PDF disponible ici) annuel de l’ICT Indicators Database, la branche statistiques de L’union internationale des télécommunications (ITU). Autrement dit, 65  % des 7 milliards d’individus n’a a pas encore accès aux différents services d’Internet. Ce qui reste énorme (ne serait-ce qu’en terme de marché à conquérir) mais la tendance est néanmoins à l’accélération. En 2006, 82  % des Terriens ne disposaient d’aucune connexion. En quelques années, la population connectée a donc quasiment doublé passant de 18  % à 35  %.

La hausse vient essentiellement des pays émergents. En 5 ans, la Chine est passé de 28  % à 37  % de sa population reliée (en partie) au monde par les réseaux numériques. A lui seul, l’Empire du milieu compte 25  % de la population mondiale Internet (et 37  % des internautes des pays émergeants). Et si 6  % des Indiens surfaient en 2006, ils étaient 10  % à pouvoir le faire en 2011. Paradoxalement, cela fait baisser le taux d’adoption des autres marchés émergents qui, globalement, passe de 66  % à 53  %. Enfin, l’augmentation de 500 millions d’individus sur Terre sur la période contribue à l’effet d’adoption de masse du réseau mondial.

Les souscription aux offres mobiles s'imposent dans le monde

Une population Internet jeune

Une population plutôt jeune : 45 % des internautes ont moins de 25 ans en moyenne. Le fait que les jeunes utilisateurs soient plus enclins que leurs aînés à utiliser le web est une tendance qui touche autant les pays industrialisés que les zones en développement. Mais le phénomène s’y accentue pour ces dernières. Ainsi, 77  % des moins de 25 ans surfent en ligne en Occident contre 71  % pour les plus de 25 ans. L’écart se creuse dans les pays émergents où les proportions atteignent respectivement 30  % et 23  %.

L’accès à Internet est inévitablement freiné par la présence des infrastructures fixes. Sur les 1,8 milliard de foyers dans le monde, un tiers seulement dispose d’un accès. Contre un cinquième il y a 5 ans. Mais alors que les trois quart (74  %) des foyers occidentaux disposent d’un PC et presque autant (71  %) d’une connexion Internet, les taux tombent respectivement à 25  % et 20  % dans les pays en développement. D’ailleurs, la progression de la qualité de la bande passante évolue plus vite dans les régions industrialisées (notamment en Europe) que les pays émergents. Pour prendre les deux extrêmes, alors que l’Europe culmine à plus de 87 000 bit/s par utilisateur en moyenne (soit moins de 0,1 Mbit/s environ néanmoins) l’Afrique plafonne à 2000 bit/s.

Une population mobile

Quelques pays, essentiellement africains, n'ont toujours pas accès à la 3G en 2011

Faute d’infrastructures fixes efficaces, la population se tourne vers la mobilité. De manière impressionnante puisque 5,9 milliards de lignes mobiles sont comptabilisées fin 2011. Soit un taux de pénétration dans les pays développés et en développement respectivement de 87  % et 79  %. Mais là aussi, les disparités sur la qualité des services subsistent. Alors que 90  % de la population mondiale est couverte en 2G, la 3G ne profite qu’à 45  % du monde. Néanmoins, elle tend à se généraliser.

A noter que pour nombre d’utilisateurs des pays émergents, l’Internet mobile constitue le seul moyen d’accès à la Toile. Et probablement pour de nombreuses années encore.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur