GB : BskyB veut Easynet -qui… réfléchit

Cloud

L’opérateur paneuropéen Easynet, spécialisé dans le marché business, doit choisir d’ici à 60 jours, si oui ou non il accepte la proposition de rachat de BskyB d’un montant de 312 millions d’euros. D’ici là, suspense…

L’enjeu est de taille. D’un coté Easynet ne souhaite pas fermer de filiales et aussi garder une certaine indépendance, et de l’autre le groupe de Rupert Murdoch veut faire son entrée en fanfare sur le marché du Triple-play (haut débit/téléphonie IP/télévision) afin de contrer l’ensemble Telewest/NTL.

Selon des sources proches du dossier, BSkyB serait prêt à mettre 312 millions d’euros sur la table pour s’offrir Easynet. L’offre a été faite, reste à la direction de l’opérateur paneuropéen de faire son choix. Interrogée, cette dernière assure que “(ses) actionnaires ne s’inquiètent pas de ce rachat et la discussion reste ouverte.” Rupert Murdoch, qui a vu l’occasion de s’approprier le spécialiste de la VoiP Skype lui filer sous le nez suite à l’offensive de Ebay, ne souhaite pas revivre le même contretemps. Certains pensent que si le télédiffuseur par satellite BskyB lorgne avec autant d’insistance sur Easynet, c’est probablement à cause de sa forte implantation en Grande-Bretagne. Rappelons que l’opérateur dispose d’une bonne assise outre-Manche. Un réseau qui serait utile pour le déploiement du triple X made in BskyB en Angleterre. Easynet, qui a investi massivement dans le “dégroupage de la boucle locale”, dessert prés de 4,5 millions de foyers, surtout dans les zones urbaines de l’Angleterre et de l’Ecosse où NTL et Telewest sont très présents (lire nos articles). A l’origine, Easynet est un fournisseur de services Internet. Depuis, le groupe s’est positionné sur le marché business avec son réseau IP VPN. Il compte en tout quelques 200 clients IP VPN dans le monde. Easynet a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 10,5 millions d’euros.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur