Google veut quitter le capital d’AOL

Cloud

La valeur des 5% du capital acquis par la firme de Moutain View chuté de manière vertigineuse, passant de 1 milliard à 274 millions de dollars

La firme de Mountain View veut à tout prix éviter les pertes financières massives. Selon AP, Google envisagerait de quitter le capital d’AOL, filiale du groupe Time Warner.

En 2006, le géant des moteurs de recherche avait acquis 5% du capital du portail pour la coquette somme de 1 milliard de dollars. Une opération qui a permis à AOL d’être valorisé à 20 milliards de dollars. Pour Google, la manœuvre permettait d’éloigner le portail d’un Microsoft impatient de mettre la main sur AOL. C’était il y a trois ans.

AOL n’a plus l’aura qu’il avait à l’époque. Rien qu’au quatrième trimestre, les revenus publicitaires du portail ont chuté de 18% alors que ceux de Google progressaient de 16%. En 2007, la filiale de Time Warner voyait son chiffre d’affaires reculer de 32%, notamment en raison de la perte de plus de 700.000 abonnés à son service de fournisseur d’accès à internet.

Plusieurs services, dont AOL communicator et AOL Pictures avaient été fermés. La concurrence, très exacerbée sur les applications web (secteur sur lequel AOL a misé), ne permettait pas à des acteurs à taille plus réduite de faire survivre leurs services dans un environnement peuplé d’autres applications plus populaires comme Picasa (Google) ou FlickR (Yahoo).

Pour Google, il devient urgent de se retirer du capital d’AOL. La valorisation des parts acquises par Google a dramatiquement chuté. Elle ne vaudrait plus aujourd’hui « que » 274 millions de dollars. Selon le moteur de recherche, la valorisation d’AOL aurait chuté pour atteindre aujourd’hui 5,5 milliards de dollars.

Le retrait de Google permettrait à Microsoft de revenir à l’assaut. La firme de Redmond pourrait profiter de l’aubaine pour récupérer AOL et redonner un second souffle à sa stratégie sur la Toile. Yahoo pourrait aussi être intéressé. Bien qu’en équilibre financier précaire, le moteur, dirigé par Carol Bartz, pourrait lui aussi se laisser tenter.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur