Assistant vocal : pourquoi le HomePod d’Apple ne décolle pas

Mobilité

Basée sur l’assistant vocal Siri, l’enceinte connectée HomePod peine à convaincre face à l’Echo d’Amazon. Les stocks s’accumulent dans les Apple Store.

Les ventes de l’enceinte connectée HomePod d’Apple seraient faibles, selon des sources proches du dossier, indique Bloomberg.

Des ventes médiocres

Apple aurait même accumulé un stock important de ses HomePod, son haut-parleur intelligent ayant eu du mal à percer sur un marché dominé par la gamme Echo d’Amazon. Les stocks s’accumulent en effet, selon les employés d’Apple Store, qui affirment que certains magasins vendent moins de 10 HomePod par jour.

Pourtant, les pré-commandes du haut-parleur d’Apple à 349 dollars étaient bonnes et l’appareil s’est bien vendu initialement. Mais, Apple a ensuite du revoir à la baisse ses prévisions de ventes et certaines commandes de fabricants.

Citant des données de Slice Intelligence, Apple aurait capturé environ un tiers du marché des enceintes intelligentes dans un premier temps, mais sa part de marché s’est ensuite établie à 10 % sur les 10 premières semaines de ventes, contre 73% pour les appareils Echo d’Amazon et 14% pour les Google Home.

Tant et si bien qu’à la fin du mois de mars, Apple avait déjà réduit ses prévisions de ventes et réduit ses commandes auprès d’Inventec, l’un des fabricants du HomePod avec Foxconn.

Un second modèle moins onéreux ?

De plus, le HomePod n’a pas encore été lancé en dehors des États-Unis, de l’Australie et du Royaume-Uni. Ses ventes restent donc mécaniquement limitées géographiquement. Apple a toutefois indiqué que son enceinte serait lancé en France et en Allemagne au printemps 2018.

Ces ventes médiocres pourraient part ailleurs inciter Apple à proposer un HomePod plus abordable et le rapport de Bloomberg fait d’ailleurs écho aux rumeurs d’une possible version à bas prix prévue par la firme de Cupertino. Cependant, le rapport prédit qu’Apple ne lancerait pas cette seconde version du HomePod moins onéreuse avant le quatrième trimestre de cette année.

Apple avait annoncé pour la première fois le HomePod à la WWDC 2017.

Le produit devait sortir en décembre juste à temps pour les fêtes de fin d’année, mais Apple a retardé son lancement.

Un produit enfermé dans l’écosystème d’Apple

Par ailleurs, d’aucuns estiment que le HomePod d’Apple est l’un des haut-parleurs intelligents les plus limités du marché car il est essentiellement intégré à l’écosystème Apple. Il n’y a ainsi pas de support natif de services tels que Spotify. Manque également le support audio multi-pièce (qui devrait toutefois venir plus tard au gré d’une mise à jour logicielle). Cependant, le produit a reçu d’excellentes critiques pour sa qualité audio.

L’enceinte connectée contrôlée par la voix grâce à Siri est la première incursion d’Apple dans le domaine en plein boom des enceintes connectées adossées à des assistants vocaux. Amazon avait été le premier à creuser ce sillon avec l’Amazon Echo, suivi ensuite de toute une gamme de produits similaires exploitant l’assistant maison Alexa. Google lui a emboité le pas avec le Google Home puis les déclinaisons Mini et Max. Avec Cortana, Microsoft est présent dans son OS Windows 10.

Les assistants personnels ont été sous les feux des projecteurs lors du CES 2018. Des outsiders tentent une incursion avec des solutions singulières. Avec le LinTo présenté dans le cadre du salon de Las Vegas, Linagora joue la carte de la confidentialité des données.
Le Matrix Voice de Matrix Labs permet, lui, de développer des solutions IoT contrôlées par la voix.

Toutefois, de nombreux observateurs pensaient que c’est bien le HomePod d’Apple qui devait donner un coup d’accélérateur à ce marché, comme ce fut le cas dans le secteur des smartwatches avec l’Apple Watch.

(Crédit photo : @Apple)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur