IA, IoT, blockchain… Les entreprises du numérique face aux innovations de rupture

Big DataCloudData & StockageDSILogicielsProjetsSSII

Syntec Numérique détaille dans un livre blanc les opportunités offertes et les défis posés aux entreprises du secteur par neuf “innovations de rupture”. Florilège.

Le comité innovation et technologies de Syntec Numérique présente dans le livre blanc « Révolution digitale, un nouveau rôle pour les acteurs du numérique ? » les opportunités offertes et les défis posés aux entreprises du secteur par neuf « innovations de rupture ».

La première de ces innovations, l’intelligence artificielle (IA), offre la possibilité aux entreprises du numérique « de développer des expertises dans la création, l’exploitation et l’apprentissage d’algorithmes et systèmes d’IA », souligne le syndicat professionnel. Pour en tirer profit, il est nécessaire de se doter de solides compétences techniques (IA, sciences cognitives, robotique). Les entreprises de services du numérique (ESN), les sociétés de conseil et du logiciel doivent donc s’attendre à une guerre des talents.

Autre innovation, celle des objets connectés. Syntec Numérique observe que l’Internet des objets (IoT) « ouvre la voie à des opportunités dans de multiples secteurs, dont l’industrie du futur où informatique de gestion et informatique industrielle doivent se rapprocher». Ici, le défi consiste à bien appréhender les modèles portés par l’IoT, dont “la vente de services et/ou d’usages et les partenariats avec partage des bénéfices ». La maîtrise de la réglementation en matière de protection des données (RGPD…) est également essentielle.

Cette maîtrise est nécessaire pour tirer profit d’autres innovations, dont la blockchain, le protocole décentralisé de gestion des transactions. Pour les ESN, entre autres, « des opportunités vont émerger autour du développement de blockchains, dont l’offre de formation ».  Les prestataires pourront aussi jouer le « rôle de tiers de confiance ».  À la condition de maîtriser la technologie et de se doter des compétences en matière de cybersécurité,  de chiffrement et d’interfaces de programmation ouvertes  (Open API).

Justement, grâce aux API ouvertes, les ESN peuvent devenir des agrégateurs ou des producteurs d’API. La sécurisation des écosystèmes et la maîtrise des solutions hébergées (Cloud et infrastructures hybrides) sont autant de défis à relever dans ce domaine.

Data, Cloud, 3D et sécurité

D’autres innovations – l’économie collaborative et ses plateformes, les mégadonnées (Big Data) ou encore les services Cloud – permettent aux entreprises du numérique d’élargir leurs offres de prestations (technologies et conseil). En se positionnant en fournisseurs de services à valeur ajoutée ou en spécialistes des technologies de valorisation de données. Des compétences techniques (data science, sécurité des systèmes d’information…) et juridiques (réglementation, conformité) sont nécessaires.

Les entreprises du secteur peuvent également étendre leurs services à la Chaîne 3D (simulation, conception et impression 3D). Par ailleurs, elles auraient intérêt à adopter les méthodes agiles ou Fast IT pour accélérer les déploiements de services IT. Sans oublier l’approche Devops fusionnant développement et exploitation de logiciels.

Enfin, « la cybersécurité doit être partie intégrante de toute démarche de transformation numérique », de tout projet basé sur ces innovations. « Il s’agit d’un vrai défi pour les organisations de notre secteur », explique par voie de communiqué Frédéric Sebag, président du comité innovation et technologies de Syntec Numérique. Les entreprises de l’IT doivent à la fois « opérer leur propre transformation et accompagner celle de leurs clients ».

Maturité numérique

« Pour s’adapter à tous ces changements, les business models de services et de produits doivent se transformer » (services Cloud, abonnement, paiement à l’usage…), ajoute l’organisation.

Certes, « les ESN sont rompues aux évolutions de modèles (passage de la régie au forfait, adoption de l’offshoring, partage de valeur avec les éditeurs d’ERP, etc.) ». Mais « la révolution digitale leur impose d’aller plus loin encore : notamment, de construire des offres de solutions complètes, se rapprocher des clients de leurs clients pour fournir des services numériques en marque blanche, et, pourquoi pas, devenir opérateurs de services cloud », insiste le syndicat.

Pour accompagner son écosystème, Syntec Numérique propose dans son livre blanc un formulaire permettant aux entreprises du secteur « d’évaluer leur maturité numérique ».

Lire également :

Numérique, data, devops… Les priorités du DSI, selon IDC
IoT : l’Idate perçoit une forte croissance malgré des défis à relever
Transformation numérique: impossible sans IoT ?

crédit photo © agsandrew / Shutterstock

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur