Intel crée une division dédiée à l’Internet des objets

ComposantsM2M

Intel annonce la création d’une division dénommée « Internet of Things » afin de se positionner sur un secteur en plein essor. Une structure notamment constituée autour de Wind River, un éditeur de logiciels racheté en 2009.

Après avoir créé une division centrée sur les nouveaux objets et dirigée par Mike Bell, Intel met le cap sur l’Internet des Objets (IdO) avec la création d’une nouvelle division.

Numéro un mondial pour la production de processeurs pour PC, Intel a mal négocié le passage à la mobilité. Un retard à l’allumage qu’Intel comble désormais à grandes enjambées avec ses finesses de gravure avancées, sa nouvelle architecture Atom Silvermont et ses puces « cellulaires » dont le XMM 7160 que le constructeur vient de commercialiser.

Echaudé dans le secteur de la mobilité, Intel entend bien se positionner dans le secteur très vaste de l’Internet des Objets et du M2M (Machine-to-Machine) amené à se développer.

Un levier de croissance incroyable

A l’horizon 2020, ce sont pas moins de 212 milliards d’objets qui seront connectés si on se fie aux projections d’IDC. Un véritable levier de croissance pour les constructeurs de puces puisque chacun d’entre eux embarquera un processeur.

L’Internet des Objets embrasse en effet le dessein de tout connecter : du réfrigérateur à votre montre en passant par les voitures et les aspirateurs.

Il englobe déjà les terminaux mobiles (smartphones et tablettes) pour lesquels Intel a récemment placé un nouveau jalon avec les SoC Bay Trail à architecture Silvermont.

Quark : la dernière particule à l’édifice

Parmi ces objets communiquant, les wearable devices figurent également en bonne place. Intel a bien identifié cette mouvance et y a d’ores et déjà répondu avec son cœur de processeur baptisé Quark.

Embarqué dans un premier SoC dénommé X1000, il a récemment fait ses débuts dans Galileo, une carte Arduino qui a troqué son SoC ARM Atmel pour une puce x86. Tout un symbole.

Récemment, Intel a également dévoilé la nouvelle famille de processeurs Atom « Bay Trail-I » E3800, sa seconde cheville ouvrière destinée à l’IoT (Internet of Things).

Mutualiser les efforts en interne

La nouvelle division « Internet of Things Solutions Group » vise à mutualiser et rationaliser les efforts de la société. Elle regroupe la filiale Wind River spécialisée dans le software sous Linux et la branche en charge de puces pour terminaux commerciaux et industriels.

Doug Davis, son responsable, répondra directement à Brian Krzanich, le PDG d’Intel.

Intel a fait l’acquisition de Wind River en juin 2009. La société basée Almeda en Californie propose des solutions logicielles embarquées, son produit phare étant le système d’exploitation temps réel « VxWorks ». Elle a également développé deux distributions Linux pour Intel optimisées pour les processeurs Atom, l’une destinée à l’industrie automobile et l’autre pour des ordinateurs peu puissants.

« Nous rassemblons quelques morceaux qui marchent déjà bien et voulons accélérer ces efforts », a déclaré Doug Davis en charge de la nouvelle entité.

crédit photo © Alexei Tacu – Shutterstock


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur