Huawei prédit l’arrivée de la 4,5 G en 2016

4GGestion des réseauxM2MMobilitéOperateursRéseaux

Huawei affute ses armes pour permettre aux opérateurs de faire évoluer leur réseau en attendant la 5G.

4GX, 4G+, 4G B… Huawei entend donner un nom à l’ensemble des technologies réseaux qui mettront en œuvre la transition entre la 4G et la 5G. Cette dernière étant attendue à l’horizon 2020 pour les premiers déploiements (voire 2018 dans certains cas). C’est Ryan Ding, le président produits et solutions de l’équipementier, qui l’a évoqué sur la scène du Global Mobile Broadband Forum (MBB) qui se déroulait à Shanghai la semaine dernière. Le dirigeant a fait le parallèle avec la 3G et le HSPA, ou H+, qui mettait en lumière l’amélioration de la première génération de réseau mobile à large bande. Il a indiqué que l’entreprise finaliserait le futur nom de la 4,5G pour le premier trimestre 2015.

30 milliards de connexions mobiles

La commercialisation des technologies de cette future 4G évoluée suivront, elles, en 2016 chez Huawei. Elles mettront en œuvre la « release 13 » du 3GPP, l’organisme de normalisation de l’industrie mobile, et exploiteront la virtualisation des fonctions réseaux (NFV), supporteront les MIMO massif et s’appuieront sur un nouveau plan de contrôle. Huawei compte également introduire un nouveau codec radio. L’équipementier entend permettre aux opérateurs de pouvoir utiliser leurs capacités spectrales actuellement disponibles pour faire évoluer leurs capacités sans qu’ils aient à investir dans de nouvelles fréquences et le déploiement de nouveaux réseaux qui les accompagnent.

La 4,5G devrait pousser la 4G actuelle, via ses évolutions LTE-Advanced d’agrégation de porteuses, à des débits de 300 Mbit/s, 600 Mbit/s puis 1 Gbit/s pour des temps de latence réduits de 40 ms à 10 ms. Il s’agira de répondre aux besoins de 30 milliards de connexions mobiles en 2020, selon Huawei. Dont 8 milliards de connexions de personnes à personnes, 16 milliards de personnes à machines et 6 milliards de connexions entre les objets. Certaines de ces connexions, comme les voitures connectées, nécessitant des temps de latence réduits.

200 milliards de dollars

Bien que sa norme reste à définir, comme l’a rappelé à Shanghai Eric Xu, CEO tournant de Huawei, la 5G pourrait elle offrir des débits de l’ordre des 10 Gbit/s pour un temps de latence de 1 ms. Des capacités qui, selon l’équipementier, feront du réseau « la première force productive du réseau mobile, capable de générer un trafic plus important et ainsi d’augmenter les revenus des opérateurs ». Selon les estimations, le marché mobiles pourrait atteindre les 200 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2020.


Lire également
ZTE veut faire de la 5G avant l’heure
Des small cell 3/4G Huawei dans les mobiliers urbains de JCDecaux
4G : Huawei sur le point faire converger les réseaux LTE FDD/TDD


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur