Mobilité : les small cells s’incrustent dans les réseaux mobiles des entreprises

Réseaux
LightRadio Alcatel Lucent

Utilisées par les opérateurs mobiles afin d’affiner leurs réseaux, les small cells commencent à prendre pied sur le marché du DAS, distributed antenna systems.

Les réseaux mobiles ne cessent de gagner en granularité. Notamment à travers les « small cells », ces petites antennes radio, parfois à peine plus grandes qu’un paquet de cigarettes, discrètes et faciles (toutes proportions gardées) à installer, qui permettent aux opérateurs d’étendre rapidement leur réseau ou de répondre à la charge élevée de trafic dans les zones particulièrement denses (centres commerciaux, gares, aéroport, stades…), notamment en déportant une partie du trafic en Wifi (Wifi Offload).

Ces small cells représentent aujourd’hui quasiment un tiers du marché du DAS en entreprise selon ABI Research. Les « distributed antenna systems » constituent les composantes matérielles des réseaux sans fils locaux tels que les stations radio macro, et tête de radio, les répétiteurs, voire les réseaux Wifi maillés, à destination des entreprises. Les marchés du DAS et des small cells sont appelés à s’élever à 2 milliards de dollars chacun en 2016, selon l’analyste.

Les small cells sont là pour rester

« Alors que les small cells s’installent généralement dans des sites distincts de ceux des entreprises […] la tendance pourrait aller vers une baisse des revenus pour les DAS, commente Aditya Kaul, analyste sur les réseaux mobiles chez ABI Research. Mais le plus probable est que nous verrons une intersection des deux technologies où le DAS est alimenté par les small cells, en particulier dans les bâtiments de taille moyenne. »

Les réseaux DAS devraient continuer à équiper les bâtiments de 45.000 m2 (150.000 square feet) tandis que les small cells pourraient être privilégiées en dessous de 30.000 m2 (100.000 square feet).

« Les fournisseurs de DAS semblent plus conscients aujourd’hui de la présence des small cells qu’ils ne l’étaient il y a quelques années, poursuit l’analyste. Alors que la plupart des fournisseurs DAS ne voit pas vraiment de petites cellules comme une menace aujourd’hui, les plus malins commencent à s’ouvrir aux small cells en constatant qu’elles sont là pour rester. » Ce qui, à terme, pourrait amener les opérateurs mobiles à gérer les réseaux d’entreprises ?


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Le vocabulaire des télécoms


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur