Société Générale : des postes IT supprimés en France et recréés en Inde

DSILogiciels
Elsys Design, emploi, électronique embarquée © Séverine Martin - Fotolia.com

La réorganisation de la Société Générale se traduit par des suppressions de postes IT dans l’Hexagone et, en parallèle, un renforcement du centre de services de Bangalore. Un centre qui compte déjà plus de 3 500 salariés.

Selon un tract de la CFDT repris par Reuters, la Société Générale va de nouveau faire fondre ses effectifs dans l’Hexagone : 400 départs au moins sont annoncés sur les deux prochaines années au sein du pôle SGSS rassemblant les activités de banque de financement et d’investissement, de banque privée, de gestion d’actifs et de services aux investisseurs. Ce sont très largement des fonctions de back-office qui sont concernées, parmi lesquelles de nombreux informaticiens. Rappelons que SGSS est déjà le fruit d’une mutualisation des back-office de ces différentes activités.

Cette nouvelle coupe claire s’inscrit dans la réorganisation annoncée en début d’année, via laquelle la Société Générale a expliqué viser 900 millions d’euros d’économies d’ici à 2015. Un plan d’économies, mené par le directeur général délégué Séverin Cabannes, dans lequel l’informatique prend une part significative, via notamment le rapprochement avec Accenture (sur le back-office des produits cotés) et la mutualisation des infrastructures.

Banque de détail : l’effet digital

En parallèle de ces 400 départs, la banque française prévoit de créer 250 postes supplémentaires à Bangalore, en Inde. Ouvert en 2000, ce centre qui fournit des services IT (développement et gestion des infrastructures) et métiers (BPO) emploie aujourd’hui plus de 3 500 personnes, contre environ 1 000 fin 2009. Un total encore appelé à grossir selon le site Web de cette entité (Société Générale Global Solution Centre).

« Pour la direction , le renforcement des équipes en Inde répond à deux objectifs majeurs : fournir une réponse aux exigences réglementaires de résilience, en répartissant les équipes sur plusieurs sites, et offrir un support 24 heures sur 24 à nos clients partout dans le monde, explique Matthieu Pué, le délégué syndical national CFDT de la Société Générale. Mais, il y a un autre argument, plus volontiers passé sous silence et pourtant central : les emplois à Bangalore coûtent moins chers. » Et le délégué syndical de dénoncer une politique de mutualisation qui systématiquement sacrifie l’emploi.

Enfin signalons qu’une cinquantaine de postes devraient également disparaître au sein de la direction informatique d’une autre activité, la banque de détail.  « Il est certain que la digitalisation des relations avec les clients aura un impact sur la banque de détail », reconnaît Matthieu Pué. Mais, à ce jour, aucun chiffre global n’a été dévoilé par la banque.

Crédit photo : © Séverine Martin / Fotolia.com


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur