Stockage NAS : QNAP et Synology lancent la valse des firmwares

CloudPoste de travail
NAS Synology DS3612xs

QNAP et Synology, deux spécialistes des NAS, accouchent d’une mise à jour de leurs micrologiciels respectifs, avec en point d’orgue le cloud personnel et l’émergence d’un écosystème applicatif.

Des versions majeures des firmwares équipant les NAS (Network Attached Storage) de QNAP et Synology viennent de faire leur entrée. Les deux ténors ont cerné les enjeux du cloud et la nécessité de se constituer un écosystème applicatif conséquent.

QNAP a ouvert le bal avec son firmware 3.6, mis à disposition des détenteurs de dispositifs de la gamme Turbo NAS. Quelque 60 modèles sont pris en charge. À l’appui de la composante logicielle MyCloudNAS, l’informatique en nuage donne le la d’une transition qu’entérine la mise sur pied concomitante d’une plate-forme d’hébergement, Symform. L’utilisateur peut y stocker jusqu’à 200 Go de données et y définir des politiques d’accès avec le concours d’un cryptage en 128 bits.

Des applications telles que Music Station et Photo Station mettent à profit ce canal d’accès à distance et ouvrent les produits Turbo NAS à des usages multimédias : visualisation de diaporamas, streaming musical, etc. Sur ce point, QNAP a une longueur de retard vis-à-vis de Synology. Il convient pourtant de relativiser ce constat, tout particulièrement au chapitre de la performance pure : dans cette mouture, le firmware embarque une technologie de contrôle de bande passante en RTRR/RSYNC. Le traitement des données en local comme sur des volumes distants en est significativement accéléré.

Pour tirer des Turbo NAS l’essence collaborative que vante QNAP, l’entreprise se tournera vers les réseaux virtuels via OpenVPN, les services hiérarchisés LDAP et l’envoi de notifications à destination d’adresses email prédéfinies ou de comptes de messagerie instantanée (NetBak Replicator 4). En aparté, la compatibilité avec les caméras IP de surveillance est maximisée (Axis, Vivotek, Brickcom) et la gestion des paquets logiciels QPKG s’effectue désormais via une interface graphique retravaillée.

Et Synology fut

Aux antipodes, si distinct de son homologue et si proche à la fois, Synology accouche d’une version finale de DiskStation Manager 4.0. Avec sa bêta téléchargée 79 000 fois en une cinquantaine de jours, ce micrologiciel compatible avec l’ensemble des NAS de la série x08 a connu un franc succès avant l’heure. Son interface graphique se rapproche progressivement de celle d’iOS, mais les fondements de l’entreprise perdurent : mettre l’accent sur le nuage personnel à l’aide de l’outil Cloud Station, destiné à synchroniser des contenus entre de multiples postes de travail et un périphérique de stockage réseau.

S’il s’apparente pour l’essentiel à l’offre de QNAP, le concept n’est pas sans rappeler Dropbox, notamment de par cet historique d’actions et cette définition de points de restauration. À ceci près que le service ne dépend d’aucun prestataire tiers ou d’un quelconque abonnement. Il est évolutif au gré des besoins de l’utilisateur, qui doit en contrepartie ouvrir son réseau local aux accès distants. QuickConnect et ezCloud l’accompagneront dans cette démarche, avec un service d’attribution de noms de domaine dynamiques (DDNS) et ce même système de notifications par mail ou sur Windows Live, voire Skype.

Au-delà de son office de client, tout NAS équipé de DiskStation Manager 4.0 peut faire office de point d’accès sans fil, moyennant l’adjonction d’un adaptateur USB optionnel. D’où une intégration plus poussée encore au sein des infrastructures physiques d’entreprise comme des réseaux virtuels (VLAN), ponctuée d’une compatibilité iSCSI et d’un utilitaire de backup NAS-to-NAS.

À l’instar de QNAP, Synology a mis les bouchées double pour se constituer une galaxie d’applications centralisées sur une logithèque qui regroupe des outils de gestion de caméras IP (Surveillance IP, qui prend en charge plus de 1000 modèles), d’analyse antivirus, de traitement d’images… S’y adjoignent des clients mobiles mis à jour pour l’occasion. Pour Android, les explorateurs DS photo et DS File ; pour Windows Phone 7, DS Finder.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur