Tata Communications envoie les attaques DDoS dans son nuage

RéseauxSécurité

Tata Communications place son réseau et ses datacenters entre les pirates et vos serveurs. Une technique qui permettra de limiter les effets des attaques par déni de service.

Les attaques par déni de service (DoS pour Denial of Service) sont une plaie pour les serveurs web. Lorsqu’elles sont menées par un large ensemble de machines (nous parlons alors de DDoS pour Distributed Denial of Service), il est difficile d’y résister.

Le géant indien Tata Communications propose aujourd’hui une réponse à ce problème, sous la forme du service DDoS Detection and Mitigation. Cette offre en mode cloud se place entre les serveurs d’une société et Internet. Elle filtre les requêtes et détecte les tentatives d’attaques qui ne seront alors pas relayées vers vos machines. Une technique simple et efficace, qui nécessite toutefois une large infrastructure du côté du fournisseur.

La plus grande infrastructure d’épuration DDoS
Tata Communications se veut rassurant dans ce domaine : « Nous exploitons la plus grande infrastructure d’épuration DDoS qui soit intégrée à l’épine dorsale des opérateurs. Nous sommes également l’un des principaux fournisseurs d’accès à Internet dans le monde, explique Adam Rice, chef de la sécurité et vice-président des services de sécurité gérés de Tata Communications. Grâce à cette taille, nous avons défendu avec succès nos clients contre toutes les attaques DDoS qui leur ont été portées. » La firme étant très présente en Europe, nous pouvons supposer qu’elle a ou mettra prochainement en place des infrastructures locales de nettoyage du trafic.

Plusieurs offres tarifaires sont proposées : à l’utilisation, pour les sites à faible risque d’attaque, à prix plafonné, pour ceux qui veulent se protéger en toutes circonstances, et avec application de remises, lorsque le volume d’attaques est peu important.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur